Crime:
J. Lee-Thompson

Reviewed by:
Rating:
3
On 22 décembre 2019
Last modified:22 décembre 2019

Summary:

Le premier film de J. Lee-Thompson est un film noir qui se regarde sans déplaisir et bénéficie de la présence de Dennis Price

Le premier film de J. Lee Thompson est un film noir qui se regarde sans déplaisir et bénéficie de la présence de Dennis Price

Murder Without Crime (1950)

Réalisé par J. Lee Thompson

Ecrit par J. Lee Thompson d’après sa pièce “Double Error”

Avec Dennis Price, Derek Farr, Patricia Plunkett, Joan Dowling,…

Produit par Victor Skutezky

Crime/Thriller

78mn

UK

Suite à une dispute, Jan (Patricia Plunkett) quitte son mari Stephen (Derek Farr). Ce dernier part noyer son désespoir dans un night-club avec Matthew (Dennis Price), le propriétaire de la demeure bourgeoise dont ils occupent le 1e étage. Stephen y rencontre Grena (Joan Dowling) une jeune hôtesse et finit par la ramener chez lui. Mais quand Jan appelle pour annoncer qu’elle rentre, Stephen tente se débarrasser de Grena. Une dispute éclate et Grena est tuée suite à une mauvaise chute. Matthew qui habite au rez-de-chaussée et a entendu des cris monte voir Stephen mais celui-ci cache le corps et prétend être seul. Evidemment Matthew n’est pas convaincu.

“Murder without a Crime” est un petit film noir signé J. Lee Thompson, dont c’était le premier film et qu’il a adapté lui-même de sa pièce à succès “Double Error”. Dans le rôle du propriétaire trop curieux, Denis Price fait des merveilles. Il faut dire que ce rôle de noceur désargenté, envieux et manipulateur s’inscrit dans la continuité de son personnage de noblion déshérité et vengeur dans “Kind Hearts and Coronets” (1949).

On est assez loin du chef d’oeuvre, mais “Murder without a Crime” se laisse regarder sans déplaisir. Ses origines théâtrales sont un peu trop évidentes, la voix off un peu lourdingue et l’intrigue pas toujours crédible, mais il bénéficie d’un bon casting, d’une jolie photo et d’un rythme assez soutenu pour maintenir l’attention. La fin joue plutôt bien la carte du retournement ironique.

Le succès de “Murder without a Crime” permettra à J. Lee Thompson de persévérer dans la réalisation. Et c’est tant mieux ! Dans les années 50, il signera des films aussi diversifiés et réussis que “The Yellow Balloon” (1953), “Yield to the Night” (1956), “Woman in a Dressing Gown” (1957) et “Ice Cold Alex” (1958).

DVD zone 2 UK. Studio Network (2013). Version originale sans sous-titres. 

%d blogueurs aiment cette page :