Portraits de ceux qui ont fait et font le cinéma britannique

Ken Russell

Ken Russell

Ken Russell s’est fait une spécialité des films excentriques, visuellement très forts, provocants, qui prennent de nombreuses libertés avec leur sujet (même quand il s’agit d’une biographie), et toujours à la limite d’un mauvais goût revendiqué (limite parfois allègrement franchie).

Boulting Brothers

Boulting Brothers

Les frères Boulting (John et Roy) sont deux figures majeures du cinéma britannique d’après guerre, autant dans le film de genre (thriller, polar) que dans la comédie (leurs films vont lancer les carrières de Peter Sellers, Ian Carmichael ou encore Terry-Thomas).

Roy Budd

Roy Budd

Durant les années 70, Roy Budd a écrit des bandes originales fidèles à leur époque mais très inspirées, enrichies par une culture musicale très diversifiée.

Jimmy Sangster

Jimmy Sangster

A partir de 1957, Jimmy Sangster va signer jusqu’à quatre scénarios par an. On retrouve son nom derrière les plus grands films de la Hammer.

Peter Cook

Peter Cook

En 2005, Peter Cook a été élu le plus grand comique de langue anglaise de tous les temps par un jury de 300 professionnels.

Clive Donner

Clive Donner

Cinéaste inégal, Clive Donner marquera surtout le septième avec « The Caretaker », une adaptation particulièrement réussie d’une pièce d’Harold Pinter au casting impeccable.

Mike Hodges

Mike Hodges

Mike Hodges, né à Bristol en 1932, restera au panthéon des réalisateurs pour « Get Carter » (La loi du Milieu, 1971). Malheureusement, le reste de sa carrière n’atteindra plus jamais les sommets qu’il a atteint dès son premier film.

John Schlesinger

John Schlesinger

De 1962 à 1976, presque tous ses films sont à classer parmi les classiques du cinéma anglo-saxon. Pourtant John Schlesinger, cinéaste anglais né à Londres, reste une figure méconnue du grand public.

Peter Watkins

Peter Watkins

Peter Watkins est un iconoclaste qui lutte contre la représentation médiatique du monde depuis son premier film « Culloden » tourné pour la BBC en 1964. Il y utilise déjà ce qui restera sa méthode favorite d’expression : le docudrama (fiction tournée à la manière d’un documentaire).

Michael Caine

Michael Caine

Michael Caine reste le symbole d’un cinéma britannique décontracté et décomplexé porté par le swinging London. Il demeure à ce titre la figure la plus « cool » de tout le cinéma britannique.

Nigel Kneale

Nigel Kneale

Nigel Kneale a apporté une touche rationnelle et adulte dans la science-fiction, le fantastique et l’horreur, qui a fait école en Grande Bretagne et a marqué des générations de scénaristes britanniques.

Alan Bleasdale

Alan Bleasdale

Alan Bleasdale est un scénariste télé reconnu pour ses drames, souvent sur fond social et engagés politiquement (Boys from the black stuff, GBH).

Dennis Potter

Dennis Potter

Dennis Potter est probablement l’un des plus grands scénaristes anglais de la deuxième moitié du vingtième siècle. Et pourtant il n’a écrit quasiment que pour la télévision.

Alan Bennett

Alan Bennett

Dans toute l’oeuvre d’Alan Bennett, l’humour est omniprésent. Ironique mais toujours plein d’humanité, d’une extrême intelligence. Les scénarios d’Alan Bennett sont remarquables par leur écriture, et placent au centre les personnages dont il aime mettre en exergue les fragilités.