Horreur / SF:
Terence Fisher

Reviewed by:
Rating:
3
On 26 mars 2021
Last modified:26 mars 2021

Summary:

Un petit film de SF horrifique qui lorgne du côté de "Quatermass" et marque la dernière collaboration du trio Fisher-Lee-Cushing

Un petit film de SF horrifique qui lorgne du côté de “Quatermass” et marque la dernière collaboration du trio Fisher-Lee-Cushing

Night of the Big Heat (1967)

(La nuit de la grande chaleur)

Réalisé par Terence Fisher

Ecrit par Ronald Liles d’après le roman de John Lymington

Avec Christopher Lee, Patrick Allen, Peter Cushing, Jane Merrow, Sarah Lawson,..

Direction de la photographie : Reginald H. Wyer / Direction artistique :
Alex Vetchinsky / Montage : Rod Nelson-Keys / Musique : Malcolm Lockyer

Produit par Tom Blakeley  pour Planet Film Productions

Tourné aux studios de Pinewood

SF / Horreur

94mn

UK

Alors que dans le reste du Royaume-Uni, l’hiver est rigoureux, sur une petite île isolée, la température dépasse les 30 degrés ! Pour Jeff Callum (Patrick Allen), écrivain qui tient une auberge locale avec sa femme Frankie (Sarah Lawson) c’est déjà pas facile. Mais en plus un de ses clients Godfrey Hanson (Christopher Lee) a un comportement étrange et désagréable. Et voilà que pour couronner le tout, sa jeune maitresse Angela (Jane Merrow) en se faisant passer pour sa nouvelle secrétaire !

Même si Christopher Lee et Peter Cushing tourneront encore séparément avec Terence Fisher, il s’agit de la dernière collaboration du trio mythique qui avait fait la gloire de la Hammer dans “The Curse of Frankenstein” (1957) et “Dracula” (1958).

S’il continuait à tourner pour la Hammer, Terence Fisher enchainait à cette époque en parallèle des petits films d’horreur/SF du même acabit “The Earth Dies Screaming” (1964) et “Island of Terror” (1965) et donc ce “Night of the Big Heat” (1967) et même une comédie horrifique “The Horror of It All” (1964) avec l’horripilant chanteur américain Pat Boone, qui s’est fait humilier vingt ans plus tard par Michael Moore dans “Roger & Me” (1989).

Cette série de films produite par Lippert Films ou par Planet Film Productions sont loin d’avoir les qualités et de bénéficier moyens des Hammer de la grande époque.

Comparativement, “Night of the Big Heat” s’en sort plutôt bien. Le début est un peu lent et le scénario SF déjà un peu vieillot à l’époque. Il est tiré d’un livre de l’écrivain britannique prolifique  John Lymington publié en 1959 qui avait déjà été adapté par ITV pour le petit écran. Difficile de ne pas penser à la série de SF horrifique “Quatermass” qui avait triomphé sur les écrans de la BBC de 1953 à 55 et a été adaptée pour le grand écran par la Hammer dès 1955 (The Quatermass Xperiment).

Si Christopher Lee, ici en tête d’affiche, a un rôle assez intéressant qui rappelle donc celui du Dr Quatermass, Peter Cushing doit malheureusement se contenter d’un rôle purement décoratif.

Côté féminin, la pauvre Angela (interprétée par Jane Merrow) est réduite à une caricature de fille facile et sans cervelle. Elle veut briser le couple de son ex amant mais manque de se faire violer ou encore reçoit une baffe pour calmer son hystérie. Un peu plus de subtilité aurait été le bienvenue. Le trio formé par Angela, Jeff et sa femme apporte en tout cas un petit sel dramatique au film.

Comme le rappelle Marc Toullec dans sa présentation, le film est sorti sur les écrans français au milieu des années 70 par le biais d’un distributeur peu scrupuleux qui a rajouté des inserts de film érotique. “Un film sexy… explosif” comme le vante l’affiche !

En 2017, “The Night of the Big Heat” est sorti en DVD et blu-ray grâce à l’éditeur Movinside. A noter une petite bourde dans les sous-titres français. Quand au début, les personnages se plaignent pour la première fois de la chaleur à l’écran, dans les sous-titres on dit qu’il fait 18°. En fait 90 degrés fahrenheit correspondent à 32 degrés celsius. Je sais qu’ils n’ont pas l’habitude des grandes chaleurs outre-manche mais quand même !

DVD / Blu-ray FR. Studio Movinside (2017). Version originale sous-titrée en français et version française. Bonus : présentation de Marc Toullec (7mn).

%d blogueurs aiment cette page :