Dernière collaboration du trio mythique Terrence Fisher / Peter Cushing / Christopher Lee pour la Hammer et malheureusement un peu décevante

The Gorgon (1964)

(La gorgone)

Réalisé par Terrence Fisher

Ecrit par John Gilling d’après une histoire de J. Llewellyn Devine

Avec Peter Cushing, Patrick Troughton, Barbara Shelley, Christopher Lee, Michael Goodliffe,…

Direction de la photographie : Michael Reed / Production design : Bernard Robinson / Direction artistique : Don Mingaye / Montage : Eric Boyd-Perkins / Musique : James Bernard

Produit par Anthony Nelson Keys pour Hammer Film production

Tourné aux studios Bray

Horreur

83mn

UK

Début du XXe siècle. Depuis cinq ans des meurtres perturbent la tranquille ville allemande de Vandorf, Mais la police locale menée par l’inspecteur Kanoff (Patrick Troughton) n’a pas la moindre piste et est impuissante. Il faut dire que les victimes se transforment en pierre, ce qui rend difficile toute explication rationnelle. Quand une jeune femme enceinte est retrouvée dans la forêt, dure comme de la pierre, on nomme ainsi coupable le jeune peintre, son amant, d’autant que ce dernier a été retrouvé mort, pendu. Le père de l’artiste, le professeur Jules Heitz (Michael Goodliffe) est furieux et décide de rester à Vandorf pour mener son enquête. Ce qui ne plait pas à la population. Heitz ne peut pas compter non plus sur le docteur en psychiatrie Namaroff (Peter Cushing) qui semble des plus réticents à parler de l’affaire et à envisager des explications surnaturelles. L’assistante du Dr Namaroff, Carla (Barbara Shelley) souhaite apporter son soutien à Heitz mais celui-ci ne tarde pas à être assassiner. Le deuxième fils de Heitz, Paul (Richard Pasco) et le professeur Meister (Christopher Lee) débarquent à leur tour à Vandorf pour mener l’enquête. Et si les meurtres étaient causées par une gorgone ?

A la recherche de nouveaux monstres, la Hammer décide cette fois-ci de piocher dans la mythologie grecque et d’y choisir un monstre féminin, la gorgone. Celle-ci aura donc le privilège d’être le premier monstre féminin de la firme !

Une première version du scénario est rédigée par J. Llewellyn Devine puis retravaillée par John Gilling. Ce dernier, scénariste et réalisateur prolixe, habitué de la Hammer, est quelque peu déçu quand il ne décroche pas la casquette de réalisateur et quand le producteur Anthony Nelson Keys apporte des modifications conséquentes à son script.

La réalisation est confiée au réalisateur mythique Terrence Fisher qui s’était mis un peu en retrait de la Hammer depuis “The Phantom of the Opera” en 1962. Et “The Gorgon” marque aussi le retour des deux acteurs prodiges, Christopher Lee (parti vivre en Suisse) et Peter Cushing. Revoici le trio qui a fait l’âge d’or de la Hammer, “The Curse of Frankenstein” (1957), “Dracula” (1958) ou encore “The Hound of the Baskervilles” (1959). Ce sera malheureusement leur dernière collaboration commune pour la Hammer – ils retourneront encore tous les trois dans “Night of the Big Heat” (1967) pour Planet Film  Productions.

“The Gorgon” aurait dû être à la hauteur de ses illustres prédécesseurs mais le film pêche par son scénario et sa lenteur (trop de révisions sur un scénario est rarement bon signe). On pourra apprécier un ton plus romantique qu’à l’accoutumée chez Hammer, une place centrale étant donnée à Barbara Shelley (qui signe ici son 4e film pour la firme) et qui se retrouve avec deux prétendants, le Dr Namaroff (Peter Cushing), figure paternelle austère qui la surprotège, et le jeune Paul Heitz. Autre curiosité, pour changer, Christopher Lee, grimé pour paraitre plus vieux,  interprète un personnage à la Van Helsing.

Toujours pour la Hammer, Terrence Fisher retrouvera ensuite Christopher Lee et Barbara Shelley dans “Dracula: Prince of Darkness” (1966) puis Peter Cushing dans “Frankenstein Created Woman” (1967).

Le film sortira sur le territoire français en combo Blu-ray/DVD le 15 octobre 2019 chez ESC Editions. L’occasion de le re-découvrir. J’ai personnellement vu le film dans son édition blu-ray UK chez Powerhouse Films qui rend justice à la belle photographie de Michael Reed.

Combo Blu-ray/DVD FR. Studio ESC (2019). Bonus : livret de 16 pages par Marc Toullec , présentation de la Hammer par Nicolas Stanzick, Analyse du film par Noël Simsolo

%d blogueurs aiment cette page :