Thriller:
Val Guest

Reviewed by:
Rating:
4
On 12 avril 2020
Last modified:12 avril 2020

Summary:

Un bon thriller psychologique signé Val Guest pour la Hammer qui se déroule entre Londres et la Riviera. Le plus grand rôle de l’acteur gallois Ronald Lewis.

Un bon thriller psychologique signé Val Guest pour la Hammer qui se déroule entre Londres et la Riviera. Le plus grand rôle de l’acteur gallois Ronald Lewis

The Full Treatment (1960)

(Traitement de choc)

Réalisé par Val Guest

Ecrit par Ronald Scott Thorn et Val Guest d’après le roman de Ronald Scott Thorn

Avec Ronald Lewis, Diane Cilento, Claude Dauphin, Françoise Rosay, Bernard Braden,…

Direction de la photographie : Gilbert Taylor / Direction artistique : Anthony Masters / Montage : Bill Lenny / Musique : Stanley Black

Produit par Val Guest pour Falcon Films (Hammer Film Productions)

Tourné aux Studios Associated British, Elstree et dans le sud de la France

Thriller

109mn

UK

Alan Colby (Ronald Lewis) est un célèbre pilote de course. Mais alors qu’il part pour le sud de la France pour sa lune de miel avec sa femme, Denise (Diane Cilento), ils ont un accident de voiture. Colby passe des mois en soins intensif et un an plus tard, ils décident de se rendre sur la Riviera pour leur lune de miel interrompue. Mais Colby ne peut plus conduire, ses mains tremblent et surtout il a des accès de fureur. Il tente par plusieurs fois d’étrangler sa femme. Denise se confit à un homme rencontré à l’hôtel, un psychiatre le Dr Prade (Claude Dauphin). Celui-ci décide qu’il peut guérir Colby mais ce dernier se laissera-t-il faire ?

Dans les années 50, Val Guest était un habitué de la Hammer réalisant des films d’aventure (“The Men of Sherwood Forest” en 1954), des comédies (“Up the Creek” en 1958), des films de guerre (“Yesterday’s Enemy” en 1959), des films d’horreur (“The Quatermass Xperiment” en 1955) ou encore des polars (“Hell Is a City” en 1960). C’est en tournant ce dernier qu’il tombe sur le livre de Ronald Scott Thorn (en fait psychiatre de son état) “The Full Treatment”. Enthousiaste, Guest se félicite alors d’avoir acquis les droits du film avant Hitchcock !

Pour jouer le rôle principal de Colby, Guest voulait Stanley Baker avec qui il avait déjà tourné deux fois pour la Hammer (“Yesterday’s Ennemy” et “Hell is a City”). Mais celui-ci n’était pas disponible et donc c’est le moins connu mais également gallois Ronald Lewis qui obtient le rôle (il jouera  également dans “Taste of Fear” l’année suivante puis “The Brigand of Kandahar” quatre ans plus tard toujours pour la Hammer). Ronald Lewis aura une carrière décevante, souffrira d’alcoolisme et de problèmes financiers qui le pousseront au suicide en 1982 à l’âge de 53 ans. L’Australienne Diane Cilento, qui a fait quasi toute sa carrière en Angleterre (elle sera nominée aux Oscars pour “Tom Jones” en 1964) et était à l’époque fiancée à Sean Connery, joue sa femme, une italienne ! Le rôle du psychiatre est tenu par Claude Dauphin, acteur français aujourd’hui un peu oublié mais qui a tourné dans une centaine de films du début des années 30 jusqu’à la fin des années 70. On l’a vu notamment dans “Casque d’Or” (1952) en France ou “Deported” (1950) aux USA. Notons aussi l’actrice française Françoise Rosay (“Drôle de drame” en 1937 mais aussi “The Halfway House” en 1944) qui joue la mère du Dr Prade.

“The Full Treatment” est un thriller psychologique bien fichu, même si on peut le trouver un peu long et attendu. La mise en scène de Val Guest est inventive (la première scène de l’accident est joliment réalisée) et met en valeur les décors naturels de la Riviera. La tension est bien tenue au long de presque deux heures de film (une longueur très rare pour la Hammer) et les acteurs principaux sont tous convaincants – ce qui est un exploit pour Ronald Lewis qui interprète un personnage aux humeurs très changeantes.

La version américaine du film (rebaptisée “Stop me Before I Kill”) a été écourtée d’une dizaine de minutes et coupe l’une des premières scènes de violence de Colby. Il faut dire que la scène avait le mauvais goût de se passer dans une salle de  bain avec les deux acteurs nus. Et même si on ne voit que rapidement les seins de Diane Cilento, cela a apparemment suffit à effrayer les censeurs américains. Par contre ils ont laissé la scène où Cilento se baigne nue dans la mer…

“The Full Treatment” a eu un succès critique et public mitigé à l’époque, et c’est un plaisir de pouvoir le revoir en version intégrale et en qualité blu-ray chez Powerhouse Films. Par contre le film n’est pas disponible à l’unité. Pour le voir il faudra acquérir le coffret “Hammer – volume 2 – Criminal Intent” sorti en 6000 exemplaires et qui comprend d’autres chouettes thrillers trop rares de la Hammer : “The Snorkel” (1958), “Cash on Demand” (1961) et surtout l’étonnant “Never Take Sweets from a Stranger” (1960).

Blu-ray UK. Studio Powerhouse Films, collection Indicator (2018). Inclus dans le coffret “Hammer – volume 2 – Criminal Intent” (limité à 6000 exemplaires). Version originale sous-titrée. Bonus : livret de 40 pages, Version US du film, interviews vidéo

%d blogueurs aiment cette page :