Horreur:
Freddie Francis

Reviewed by:
Rating:
4
On 23 septembre 2018
Last modified:23 septembre 2018

Summary:

Amicus frappe encore, cette fois-ci avec cinq histoires horrifiques inspirées d'une célèbre anthologie de comics et pas moins que Ralph Richardson en gardien de la crypte !!

Amicus frappe encore, cette fois-ci avec cinq histoires horrifiques inspirées d’une célèbre anthologie de comics et pas moins que Ralph Richardson en gardien de la crypte !!

Tales from the Crypt (1972)

(Histoires d’outre-tombe)

Réalisé par Freddie Francis

Ecrit par Milton Subotsky d’après des histoires de Johnny Craig, Al Feldstein, William M. Gaines, George Evans et Graham Ingels

Avec Joan Collins, Peter Cushing, Ralph Richardson, Ian Hendry, Peter Cushing, Barbara Murray, Patrick Magee, Nigel Patrick,…

Directeur de la photographie : Norman Warwick / Direction artistique / Montage : Teddy Darvas / Musique : Douglas Gamley (et Bach)

Produit par Milton Subotsky pour Amicus Productions

Horreur

92mn

UK

« Dans les catacombes, cinq personnes entrent dans une pièce dont la porte se referme sur eux. Aux visiteurs, sachant que tous nourrissent de noirs desseins, le gardien de la crypte (Ralph Richardson) pose la question : « Quels sont vos projets quand vous partirez d’ici ? » »

Le film est composé de cinq histoires horrifiques tirées de « Tales from the Crypt » et « The Vault of Horror », deux anthologies de comics publiées de 1950 à 55 aux USA par EC Comics (également créateur du magazine humoristique MAD – qui lui existe toujours).

Le film s’ouvre sur une vue d’une église et d’un cimetière au son de la Toccata et Fugue en Ré Mineur de Bach. Un groupe de touristes visite les catacombes d’un monastère. Parmi eux cinq individus se perdent et se retrouvent face au gardien de la crypte (Ralph Richardson).

Celui-ci a deux questions pour eux : « Pourquoi êtes-vous venu ici ? » et « Quels sont vos projets quand vous partirez d’ici ? ».

Ces questions poussent les cinq individus à déballer leur salle histoire. Car nous avons ici affaire à cinq pourris (bon, tous pas du même niveau !). Nous avons une femme qui tue son mari, un homme qui abandonne femme et enfants pour aller vivre avec son amante, un jeune bourgeois qui pousse au suicide un voisin trop gentil et aux allures de clochard, un homme d’affaires ruiné qui aurait mieux fait d’empêcher sa femme de faire trois voeux, et un ancien officier militaire qui décide de mettre au pas les pensionnaires d’un institut pour aveugles dont il a la charge, et qui finira par entraîner la mort de l’un d’eux.

« Tales from the Crypt » commence fort avec une femme au foyer (Joan Collins) qui tue son mari le soir de Noël, alors que sa fille est à l’étage au-dessus et peine à trouver le sommeil, trop impatiente de rencontrer le père Noël. Ce dernier finira par débarquer, mais il n’est pas là pour distribuer des cadeaux ! L’histoire simple bénéficie de très bonnes idées de mise en scène (le meurtre surprise du mari, les chants de Noël qui servent de bande son pendant tout l’épisode,…).

Evidemment comme toute anthologie, toutes les histoires ne sont pas du même niveau (la première, la troisième et la cinquième sont les meilleures à mes yeux). Mais néanmoins c’est plutôt un bel ensemble que nous propose Amicus Productions, juste un poil en dessous de « Asylum » sorti la même année, mais qui bénéficiait d’un traitement plus ambitieux par le fameux écrivain américain de pulps et auteur de « Psycho », Robert Bloch.

C’est le co-fondateur de la Amicus, Milton Subotsky, qui signe ici l’adaptation sur grand écran des cinq histoires reliées par un fil rouge assez ténu. Mais il nous permet d’avoir le grand Ralph Richardson en gardien de la crypte, un brin sadique. Celui-ci finira par s’adresser directement au spectateur : « A qui le tour ? Peut-être vous ? ». C’est une bonne question. Je crois que je vais restreindre mes envies de meurtre, ne pas devenir un homme d’affaires, ni quitter ma femme !! On n’est jamais trop prudent !

Autre choix intéressant de casting, mais c’est fois à la demande de l’intéresse, l’inévitable Peter Cushing qui joue un vieil excentrique affable. Ce n’est pas son habitude, mais ici il est une victime innocente… enfin seulement de son vivant ! Une superbe prestation mémorable et touchante de la part de celui qui souvent a joué des personnages bien moins sympathiques !

Sinon vous aurez le plaisir de voir Ian Hendry (le premier héros des « Avengers/Chapeau Melon et bottes de cuir » à l’époque où Steed n’était que son sidekick), une Joan Collins au creux de la vague qui est revenue au Royaume Uni pour tourner plusieurs films d’horreur/thrillers au début des années 70, Robin Phillips dans son dernier rôle à l’écran à seulement 30 ans (il s’installera par la suite au Canada où il se consacrera au théâtre),… Sans oublier le duel Nigel Patrick/Patrick Magee (deux excellents acteurs) dans le dernier segment, Blind Alleys !

La réalisation de Freddie Francis est bien menée, mais encore une fois on parle ici du directeur de la photographie de l’un des grands chefs d’oeuvre de l’horreur, « The Innocents » (1961), et qui en tant que réalisateur s’est spécialisé dans l’horreur (il a tourné notamment pour la Hammer et Amicus).

Avec le succès de cette première anthologie, Amicus adaptera une nouvelle fois les histoires macabres de EC Comics dans « The vault of Horror » (1973).

ESC Distribution nous livre une belle édition en médiabook DVD/blu-ray avec un livret dans leur collection « British Terror ». Merci à eux ! A noter toutefois deux ou trois erreurs grossières dans les sous-titres, c’est dommage, mais ça ne devrait pas trop vous perturber.

Coffret blu-ray/DVD FR. Studio ESC Distribution (2018). Edition collector Blu-ray + DVD + Livret. Version originale sous-titrée en français et version française. Bonus : livret de 16 pages par Marc Toullec, Présentation de la Amicus par Laurent Aknin (5′) et entretien avec Laurent Aknin au sujet du film (15′) 

A découvrir également :

%d blogueurs aiment cette page :