Horreur:
Sidney Hayers

Reviewed by:
Rating:
3
On 8 juillet 2018
Last modified:8 juillet 2018

Summary:

Une histoire de sorcellerie dans l'Angleterre des années 60. Un film d'horreur réussi à l'ambiance gothique bien restituée.

Une histoire de sorcellerie dans l’Angleterre des années 60. Un film d’horreur réussi à l’ambiance gothique bien restituée.

Brûle sorcière, brûle !

Night of the Eagle (1962)

(Brûle, sorcière, brûle !)

Réalisé par Sidney Hayers

Ecrit par Charles Beaumont et Richard Matheson d’après le roman de Fritz Leiber Jr.

Avec Peter Wyngarde, Janet Blair, Margaret Johnston,…

Direction de la photographie : Reginald H. Wyer / Direction artistique : Jack Shampan / Montage : Ralph Sheldon / Musique : William Alwyn

Produit par Samuel Z. Arkoff et Albert Fennell pour Independent Artists

Fantastique / Horreur

90mn

UK

Norman Taylor, un professeur (Peter Wyngarde) à la réussite insolente, est un fervent adversaire des superstitions de tout genre. Sa surprise est d’autant plus grande quand il découvre que sa femme Tansy (Janet Blair) pratique la magie noire, soit disant pour le protéger…


Norman Taylor (Peter Wyngarde) est un brillant professeur qui ne croit pas au surnaturel est pour le moins choqué quand il découvre que sa femme Tansy (Janet Blair) pratique la magie noire depuis un séjour qu’ils ont fait en Jamaïque. Pour Tansy, cela ne fait aucun doute. Grâce à la magie noire elle a déjà pu sauver son mari quand ils étaient en Jamaïque, et aujourd’hui elle s’en sert encore pour protéger son mari et sa carrière d’influences néfastes et de la jalousie de ses collègues. Aussi est-elle dévastée quand son mari, persuadé qu’il s’agit de superstitions féminines de la pire espère, l’oblige à détruire tous ses talismans.

Dès le lendemain, il est accusé de viol par une de ses élèves et menacé par le petit ami de celle-ci. Et ce n’est que le début. Et si sa femme avait raison ? Voici une suggestion qui ne viendrait pas à l’idée de Normal Taylor, mais le spectateur lui se pose des questions !

« Night of the Eagle » (retitré « Burn, Witch, Burn ! » aux USA) est l’une des tentatives assez précoce de placer le gothique à la Hammer dans un contexte contemporain. L’ambiance est bien là, notamment grâce à une superbe photographie noir et blanc de Reginald H. Wyer. Le résultat est tout à fait plaisant et bien supérieur à la propre tentative de la Hammer de faire un film sur la sorcellerie dans un contexte moderne  quatre ans plus tard avec « The Witches » (Pacte avec le diable, 1966).

A la réalisation nous retrouvons Sidney Hayers qui  avait commencé sa carrière comme opérateur caméra au milieu des années 40 puis au montage avant de passer à la réalisation en 1959 avec le drame « Violent Moment ». Trois ans plus tard, il avait déjà quatre films et deux épisodes d’anthologies télévisées à son actif. « Night of the Eagle » est son deuxième film d’horreur après « Circus of Horrors » (Le cirque des horreurs, 1960).

Dans le rôle de Norman Taylor nous avons droit à Peter Wyngarde, alors surtout connu pour ses rôles télévisés, mais qui était apparu l’année précédente dans le chef d’oeuvre horrifique « The Innocents » de Jack Clayton d’après Henry James. Il s’agit ici de sa première tête d’affiche au cinéma. Il continuera par la suite sa carrière essentiellement à la télévision, arborant une moustache qui deviendra célèbre, dans des séries comme « Department S » (1969-73) et sa série spin off « Jason King » (1971-72).

A ses côtés dans le rôle de sa femme, Janet Blair, une actrice américaine qui avait connu sa petite heure de gloire dans les années 40. Dès les années 50, elle tourne essentiellement sur le petit écran. Il s’agit à ma connaissance de sa seule apparition dans un film européen.

Dans le rôle de la méchante de service, on a droit à une excellente prestation inquiétante de Margaret Johnston, actrice  née en Australie de parents anglais qui a fait quasiment toute sa carrière en Angleterre, au théâtre mais aussi au cinéma et à la télévision entre les années 40 et la fin des années 60.

DVD zone 2 UK. Studio Optimum Home Releasing (2007). Version originale sans sous-titres.

A découvrir également :

%d blogueurs aiment cette page :