Crime:
Milton Rosmer

Reviewed by:
Rating:
3
On 4 novembre 2019
Last modified:8 novembre 2019

Summary:

La première apparition à l’écran de Tod Slaughter qui signe des débuts remarqués dans le rôle d'un vil seigneur prêt à commettre l’indicible par cupidité

La première apparition à l’écran de Tod Slaughter qui signe des débuts remarqués dans le rôle d’un vil seigneur prêt à commettre l’indicible par cupiditéMaria Marten, or The Murder in the Red Barn (1935)

Maria Marten, or The Murder in the Red Barn (1935)

Réalisé par Milton Rosmer

Ecrit par Randall Faye

Avec Tod Slaughter, Sophie Stewart, Eric Portman, D.J. Williams,…

Direction de la photographie : George Stretton / Direction artistique : D.W. Daniels / Montage : Charles Saunders / Musique : Leo T. Croke

Produit par George King

Crime

UK

Maria Marten (Sophie Stewart), fille unique d’un fermier, est amoureuse d’une jeune gitan (Eric Portman). Mais le père n’approuve pas cet amour, et Maria finit par céder aux avances du riche propriétaire William Corder (Tod Slaughter). Celui-ci met Sophie enceinte. Quand son père apprend son état, Sophie est chassée de chez elle. Mais Corder, qui entre temps a décidé de se marier avec quelqu’un de son rang et suffisamment riche pour éponger ses dettes de jeu, ne veut plus d’elle !

“Maria Marten, or The Murder in the Red Barn” (1935) est l’histoire d’un crime horrible mettant en scène l’un des méchants favoris du Londres de l’entre-deux-guerres au théâtre puis au cinéma, l’acteur Tod Slaughter. Dans ce film, ce dernier interprète un seigneur cupide qui va préférer assassiner une jeune femme enceinte de lui plutôt que de faire face à la ruine.

Le film s’ouvre sur une présentation des acteurs du film sur une scène de théâtre. Peut-être un moyen d’adoucir la censure en mettant en évidence le côté fictif du spectacle horrifique que vont voir les spectateurs ? La violence du meurtre d’une femme enceinte (qui trouvera écho une vingtaine d’années plus tard dans “The Curse of Frankenstein“) aurait bien pu connaitre les foudres du censeur.

L’histoire est cependant connue du public, puisque l’affaire du “Red Barn Murder” est un fait divers célèbre en Angleterre, datant de 1827 et qui a fait l’objet de nombreuses adaptations théâtrales au XIXe siècle. L’intro pourrait alors être une simple référence à ses origines théâtrales.

Le film bénéficie d’un casting efficace qui permet à cette histoire tragique de prendre son envol. La réalisation est signée Milton Rosmer, avant tout acteur mais qui a tourné une dizaine de films à l’époque des quota quickies entre la fin des années 20 et la fin des années 30.

Dans le rôle principal, on découvre Tod Slaughter dont c’est la première apparition à l’écran. Directeur de théâtre et comédien connu pour ses interprétations de méchant (dont Sweeney Todd qu’il interprétera plus de 2000 fois sur scène). Il est alors déjà âgé de 50 ans et tournera 10 films durant les cinq années à venir, notamment “Sweeney Todd: The Demon Barber of Fleet Street” (1936). Ici comme dans ses films ultérieurs, son jeu ne se démarque pas par sa subtilité mais il savait rendre détestable ses personnages.

A ses côtés, Maria Marten est interprété par Sophie Stewart qui trouve ses rôles les plus emblématiques chez Korda avec “Things to Come” et “The Man Who Could Work Miracles” (tous deux sortis en 1936),  ou “The Return of the Scarlet Pimpernel” (1937). Dans le rôle de l’amant gitan, j’avoue que je n’avais pas reconnu Eric Portman qui sera révélé quelques années plus tard par Michael Powell dans “49th Parallel” (1941) et “A Canterbury Tale” (1944).

A date de novembre 2019, on peut trouver “Maria Marten” en DVD UK (à l’unité ou en package 3 films) avec une qualité vidéo moyenne et sans sous-titres.

%d blogueurs aiment cette page :