La 22e édition du festival Ecrans Britanniques ouvrira ses portes le samedi 8 mars pour dix jours assez intenses placés entre autres sous le signe de la comédie britannique et d’hommages à deux grands réalisateurs : Nicolas Roeg et Carol Reed. Sans oublier l’actualité du cinéma britannique avec plusieurs avant-premières et des invités ! Bon, évidemment, cette année encore je serai sur place.

Le thème principal de cette 22e édition est très vaste, puisqu’il s’intéressera à l’un des genres les plus riches du cinéma britannique, la comédie. La programmation propose un survol du genre, de la comédie populaire (“Carry On Sergeant”, 1958) à l’humour pythonesque (“Monty Python and The Holy Grail“, 1975) en passant par la comédie Ealing (“The Tifield Express”, 1953)  ou encore la comédie romantique (“Four Weddings and a Funera”l, 1994) sans oublier l’humour geek de “Shaun of the Dead” (2004) et “The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy” (2005).  Evidemment, les festival ne pouvait faire l’impasse des comédies de deux précédents invités prestigieux du festival : Ken Loach avec “Looking for Eric” (2009) et Mike Leigh avec “Happy-Go-Lucky” (2008).

Ecrans Britanniques rendra également hommage à deux grands cinéastes. Tout d’abord Carol Reed avec une rétrospective réunissant quatre excellents films : “The Way Ahead” (1944), “The Fallen Idol” (1948), “The Man Between” (1953) et l’inévitable “The Third Man” (1949).

Le festival rendra également hommage à Nicolas Reog, récemment décédé, avec “Don’t Look Now” (1973), “The Man who Fell to Earth” (1976) et “Walkabout” (1971). C’est un cinéaste que j’aime beaucoup et j’aurai l’honneur de présenter cet hommage.

Le festival n’oublie pas l’actualité avec de nombreux films récents dont plusieurs présentés ici en avant-première  : “Funny Cow” (en présence de l’actrice Maxine Peake), “Jellyfish” (en présence du réalisateur James Gardner et l’actrice Liv Hill), “The Aftermarth” ou encore “Dead in a week” (en présence du réalisateur Tom Edmonds et du producteur Daniel Konrad-Koopers). A noter également la présence de la réalisatrice Chanya Button qui présentera son film resté inédit en France “Burn Burn Burn” (2015).

Le fondateur du festival, Francis Rousselet, propose plusieurs de ses coups de coeur dans le cadre d’une carte blanche : “1914 All Out” (David Green 1987), “Anoter Time, Another place” (Michale Radford, 1983), “Seacoall” (Amber Films, 1985) et “The Terence Davies Trilogy” (1976-1983)

Et comme le festival pouvait difficilement ignorer l’actualité du moment, c’est à dire le spectre du Brexit, il y aura une projection de courts-métrages co-produits par le quotidien britannique The Guardian et du documentaire de Don Kent “Goodbye Britan ?” (2016). Des journalistes de The Guardian seront présents pour une table ronde.

Fanny Popieul, co-directrice artistique du festival de Dinard, présentera six courts-métrages sur le thème “Tranches de rire, l’humour britannique à l’écran” et animera une conférence sur le thème “Traducteur de film, les ficelles d’un métier”.

Enfin, Ecrans Britanniques proposera une soirée musicale avec un concert d’HarmoNîmes sous la direction de Zahia Ziouani puis une projection de “Yellow Submarine” (1968), le fameux dessin animé des Beatles.

Bref, encore une fois le festival nous propose un programme très, très complet. J’ai hâte !

Vous pouvez retrouver le programme complet ici :

 

A découvrir également :

%d blogueurs aiment cette page :