Comédie horrifique:
Steve Coogan

Reviewed by:
Rating:
4
On 28 avril 2019
Last modified:28 avril 2019

Summary:

Une série comique qui pastiche avec talent les grands succès horrifiques du cinéma britannique. Avec un Steve Coogan au sommet de sa forme !

Une série comique qui pastiche avec talent les grands succès horrifiques du cinéma britannique. Avec un Steve Coogan au sommet de sa forme !

Dr Terrible’s House of Horrible (2001)

Ecrit par Steve Coogan, Graham Duff et Henry Normal

Réalisé par Matt Lipsey

Avec Steve Coogan, Graham Duff, Sarah Alexander, Julia Davis, Warwick Davis, Angela Pleasence, Simon Pegg, Honor Blackman, Sheila Keith, Ben Miller,…

Direction de la photographie : Francis De Groote / Production design : Steve Groves / Direction artistique : Dick Lunn et Rachel Heady / Montage : Charlie Phillips

Produit par Alison MacPhail

Une saison (6 épisodes de 30mn)

Première diffusion le 12 novembre 2001 sur BBC Two

Comédie / horreur

UK

“Dr Terrible’s House of Horrible” est une parodie des films d’horreur britanniques de la grande époque, notamment ceux produits par Hammer Films, Amicus et Tigon dans les années 60 et 70. Chaque épisode est introduit par le Dr Terrible sur le mode classique des anthologies horrifiques.

Bien qu’étant essentiellement humoristique, la série ne gache pas les effets horrifiques et montre un effort appréciable pour reconstituer l’ambiance de ses films que ce soit par la direction artistique et la photographie ou le casting. Le résultat est souvent très drôle et très bien reconstitué. Chaque épisode met en avant un type de film horrifique et en reproduit fidèlement les codes. Il parodie sans se moquer. Un délice pour les amateurs du genre !

En tête de casting (il joue le Dr Terrible et le personnage principal de chaque épisode), mais aussi à l’écriture, on retrouve le génial Steve Coogan. Le créateur d’Alan Patridge est ici en pleine forme et parfois difficilement reconnaissable ! Il enchaine les rôles mémorables. En soit, son “Dr Terrible”, personnage morbide et malsaine, est une grande réussite qui dépasse la performance du maquillage.

4e épisode de la série mais 1er présenté sur le DVD, “And Now the Fearing… “ se déroule dans un immeuble ultra moderne “Amicus” au début des années 70. Une jounaliste-éditiorialiste vient faire un article sur le sujet. Elle prend l’ascenseur avec le propriétaire des lieux et l’architecte mais le trio se trouve bloqué dans l’ascenseur au 13e étage (qui n’existe pas). Chacun raconte son cauchemar en attendant que l’ascenseur re-démarre. Cet épisode est un hommage direct aux films porte-manteaux produits par Amicus au début des années 70 et à “The Vault of Horror” dont il reprend le cadre. Au casting, on remarquera la présence de Sheila Keith (actrice favorite de Pete Walker vue dans les excellents “Frightmare” et “House of Whipcord“).

Frenzy of Tongs” montre le combat sans merci du gentleman inventeur Nathan Blaze (Steve Cogan) contre le cruel Hang Man Chan, patron de la mafia chinoise dans le Londres du début de la fin du XIXe siècle. Cet épisode rend hommage aux chinoiseries horrifiques de la Hammer (“The Terror of the Tongs”, 1961) et la série des Dr. Fu Manchu produites par en 1965 et 1969 par Harry Alan Towers. Dans le rôle du grand méchant on retrouve Mark Gatiss (grand amateur de films d’horreur, co-créateur de la série “Sherlock” et membre du génial groupe comique à l’humour noir acéré “The League of Gentlemen”).

Dans “Curse of the Blood of the Lizard of Doom“, un docteur tente de trouver un remède pour guérir les brûlures. Mais ses essais, à base de sang de reptile, ont des effets secondaires un peu génants : ses patients se changent ou des comportements de reptiles et finissent invariablement par se suicider. Le mythe du savant fou est bien présent dans l’horreur britannique que ce soit dans les adaptations de “Frankenstein” et “Dr Jekyll” bien sûr mais aussi dans le moins connu “The Man Who Could Cheat Death“. Quant aux hommes reptiles on les retrouve notamment dans le film de la Hammer “The Reptile” (1966).  Notons la présence au générique un tout jeune Simon Pegg (Shaun of the Dead) qui a commencé sa carrière aux côtés de Coogan.

Lesbian Vampire Lovers of Lust” est un clin d’oeil aux productions vampiresques de la Hammer des années 70 et principalement à la trilogie Karnstein (The Vampire Lovers, Lust for a Vampire et Twins of Evil) avec leurs scènes érotiques gratuites et leur personnage central attiré par les femmes. Au niveau du scénario on pense surtout à “Scars of Dracula” (1970) avec qui cet épisode partage l’honneur de montrer certaines des chauve-souris les plus ridicules vues sur petit et grand écran.

Dans “Voodoo Feet of Death“, un danseur professionnel terriblement jaloux se retrouve avec les pieds en moins suite à un terrible accident impliquant une paire de ciseaux géante. On lui transplante les pieds d’un ouvrier d’origine jamaïquaine. Le frère du défunt vient l’avertir : ces pieds sont maudits et vont tenter de commettre des crimes ! On pense bien entendu à “The Hands of Orlac” (1960).

Enfin, “Scream Satan Scream” est un hommage à l’un des films d’horreur les plus cultes de la fin des années 60 : “Witchfinder General” (1968). Dans cet épisode, un inquisiteur parcourt la campagne anglais en quête de sorcières à brûler. Mais les soeurs de sa dernière victime ont décidé de la venger ! Dans le rôle du nain Tigon (!) on retrouve l’acteur nain le plus célèbre de tous les temps Warwick Davis (Willow, H2G2,…).

Malgré ses grandes qualités, la série n’a pas rencontré le succès espéré et une deuxième saison ne verra jamais le jour. C’est fort dommage car il y avait de quoi faire encore plusieurs saisons tant le terreau est riche !

DVD UK zone 2. Studio 2 Entertain (2003). Version originale avec des sous-titres optionnels en anglais. Bonus : production notes,…

%d blogueurs aiment cette page :