Troisième épisode de la série Doctor où Simon Sparrow (Dirk Bogarde) a un peu de mal à avancer dans sa carrière (comme Bogarde lui-même !).

Doctor at Large (1957)

(Toubib en liberté)

Réalisé par Ralph Thomas

Ecrit par Nicholas Phipps d’après le roman de Richard Gordon

Avec Dirk Bogarde, Muriel Pavlow, Donald Sinden, James Robertson Justice, Shirley Eaton,…

Direction de la photographie : Ernest Steward / Direction artistique : Maurice Carter / Montage : Frederick Wilson / Musique : Bruce Montgomery

Produit par Betty E. Box

Comédie

UK

Après ses aventures maritimes, le Dr Simon Sparrow (Dirk Bogarde) retourne à l’hôpital où il avait passé son diplôme. Il veut devenir chirurgien, mais malheureusement, il n’obtient pas le poste. Le voici donc qui donc fait quelques remplacements en attendant des jours meilleurs.

Après le triomphe de « Doctor in the House » (1954) et de « Doctor at Sea » (1955), voici donc le troisième épisode des aventures de Simon Sparrow, le docteur le pus aimé de Grande Bretagne.

Ses aventures maritimes sont ici passées aux oubliettes, re-voici donc le Dr Simon Sparrow rendu au point de départ, dans l’hôpital où il a été formé. Il y retrouve ses anciens comparses, Joy (Muriel Pavlow) et Tony (Donald Sinden) qui tous deux n’arrivent pas à passer leurs diplômes, Joy parce qu’elle veut trop bien faire et Tony parce qu’il n’en fout pas une et qu’il est plus occupé à courir les jupons en émettant des grognements d’excitation !

Egalement ex-camarade, le Dr. Charles Bingham (Michael Medwin), binoclard désagréable, est en compétition avec Sparrow pour un poste de chirurgien. Mais Simon fait une bourde et traite duremet l’un des responsables de l’hôpital… et il perd le poste, ainsi que l’infirmière blonde sur laquelle il avait des vues et qui va finalement épouser le binoclard désormais chirurgien !

Et évidemment on retrouve dans ce troisième épisode Sir Lancelot Spratt, le chirurgien en chef, excellent docteur mais une terreur sur le plan humain. Spratt est encore une fois campé par l’inénarrable James Robertson Justice (qui est devenu d’ailleurs tellement important pour la série qu’il était également présent dans le second épisode de la série en tant que capitaine du navire où embarquait Sparrow – un capitaine qui était l’exacte réplique de Spratt). Et le personnage incarné par Justice (qu’il soit donc capitaine d’un navire ou chirurgien en chef) a toujours autant de mal avec le jeune Sparrow et lui mène la vie dure !

Bref tout va mal pour Sparrow, mais en faisant des remplacements, il va au moins apprendre la réalité d’un docteur généraliste de terrain, dans une petite ville, dans un cabinet londonien huppé ou encore à la campagne. Et tout ça forge un homme ! Notre jeune docteur deviendra-t-il churgien ? Se rendera-t-il compte que la jeune et jolie Joy est amoureuse de lui ? Le suspense est intenable.

Ici les allusions sexuelles sont plus franches, car cet épisode s’intéresse à la vie amoureuse de ses gais lurons. La publicité de l’époque fait ainsi beaucoup d’allusions au certificat « x » d’interdiction aux moins de 16 ans mis en place en 1951 par les censeurs britanniques et qui avait fait son apparition notamment sur le film de SF horrifique de la Hammer « The Quatermass Xperiment » (1955) et le drame sur la peine de mort « Yield it to the Night » (1956).

Bon ici ça relève plutôt de la bague, car il n’y a pas non plus de quoi fouetter un chat… même en 1957. Reste que si les allusions grivoises sont bien là, le film marche bien sur la nostalgie du premier Doctor. Sparrow est toujours aussi naïf et attachant. Dirk Bogarde qui reprend le rôle pour la troisième fois a eu à coeur d’écrire un passage émouvant où Sparrow remonte le moral à une patiente qui va se faire opérer, réfléchissant en même temps sur sa vocation.

Le rythme est bien mené, les dialogues et les scènes amusants, bref rien de honteux pour ce troisième épisode. Bien entendu, pour Dirk Bogarde ce retour aux sources était plus compliqué. Celui qu’on appelait désormais « l’idole de l’Odéon » (chaîne de cinéma très populaire de l’époque) voulait que sa carrière avance. Tourner un troisième épisode de la série « Doctor » n’allait pas vraiment dans la bonne direction. Pour le prochain épisode (« Doctor in Love », 1960) il passe donc la main à Leslie Phillips et Michael Craig avant de reprendre une dernière fois le rôle en 1963 avec « Doctor in Distress ».

DVD zone UK. Studios ITV Home Entertainment (2002). Version originale sous-titrée en anglais. 

A découvrir également :

%d blogueurs aiment cette page :