Mike Hodges

Mike Hodges (1932,-)

 

Mike Hodges, né à Bristol en 1932, restera au panthéon des réalisateurs pour « Get Carter » (La loi du Milieu, 1971).  Malheureusement, le reste de sa carrière n’atteindra plus jamais les sommets qu’il a atteint dès son premier film.

Comme beaucoup de réalisateurs britanniques, Mike Hodges a fait ses premiers pas à la télévision où il a filmé des émissions (« World in action » et « Tempo »), des documentaires et des fictions de 1963 et 1970. Les téléfilms « Suspect » (1969) et surtout « Rumour » (1970) attireront l’attention du producteur de soft porn, Michael Klinger, qui avait notamment produit les deux films anglais de Polanski (les excellents »Cul de Sac » et « Repulsions »).

« Get Carter » était ainsi le premier film de Hodges pour le cinéma !  Adapté (d’un roman de Ted Lewis), « Get Carter » est un coup de maître.

Pourtant, dès l’année suivante, et son deuxième film « Pulp » (« Retraite mortelle », 1972), on déchante un peu. Michael Caine, l’interprète du désormais légendaire Carter, est toujours là, mais cette fois-ci Hodges signe une histoire originale, mi-polar, mi-comédie… qui ne prend pas.

En 1974, Mike Hodges est recruté pour mettre en images un roman de Michael Cricthon. Le résultat est le thriller de SF « The Terminal Man », film à la réputation mitigée mais qui a notamment valut à Hodges de recevoir une lettre de fan d’un certain Terrence Malick qui venait de sortir son premier film « Badlands ».

D’emblée, Hodges ne sent pas à l’aise avec la machine à compresser Hollywood. Il retournera aux USA pour signer la suite du film d’horreur « Damien », mais il quittera le plateau après trois semaines.

Du coup Mike Hodges fera son grand retour seulement en 1980 avec « Flash Gordon », un film de SF parodique et kitchissime, qui est devenu culte tant par ses défauts que par ses qualités.

Après un retour à la télévision, et une autre tentative, ratée, de comédie SF « Morons from Outer Space » (Les débiles de l’espace, 1985), Mike Hodges retourne au thriller avec le correct « A Prayer for the Dying » (L’Irlandais, 1987) qui disposait pourtant d’un trio d’acteurs alléchant : Mickey Rourke, Bob Hoskins et Alan Bates. « Black Rainbow » (1989) et « Croupier » (1998)  redoreront son blason sans arriver à la hauteur de son premier film.

Son dernier film date de 2003 et marque un retour au film noir pessimiste à la Carter, mais « I’ll sleep when I’m dead » souffre d’un scénario médiocre.

Le cas Hodge est un traumatisme pour tout cinéphile. Un premier film brillant et une suite de carrière qui ne tient pas ses promesses.

 

Filmographie sélective :

I’ll Sleep when I’m dead (cinéma, 2003)

L’Irlandais (Cinéma, 1987)

Morons from Outer Space (1985)

Flash Gordon (Cinéma, 1980)

Pulp (Cinéma, 1972)

Get Carter (Cinéma, 1971)

Rumour (TV, 1970)

Suspect (TV, 1969)

 

%d blogueurs aiment cette page :