Horreur:
Roy Ward Baker

Reviewed by:
Rating:
4
On 31 octobre 2018
Last modified:31 octobre 2018

Summary:

Une adaptation libre mais originale des mésaventures du bon Dr Jekyll. Cette fois-ci le pauvre se transforme en une femme aussi sexy que machiavélique !

Une adaptation libre mais originale des mésaventures du bon Dr Jekyll. Cette fois-ci le pauvre se transforme en une femme aussi sexy que machiavélique !

Dr Jekyll and Sister Hyde (1971)

(Dr Jekyll et Sister Hyde)

Réalisé par Roy Ward Baker

Ecrit par Brian Clemens d’après le roman de Robert Louis Stevenson

Avec Ralph Bates, Martine Beswick, Gerald Sim, Lewis Fiander, Dorothy Alison,…

Direction de la photographie : Norman Warwick / Production design : Robert Jones / Montage : James Needs / Musique : David Whitaker

Produit par Brian Clemens et Albert Fennell pour Hammer Films

Tourné aux studios d’Elstree

Horreur

97mn

UK

Au XIXe siècle à Londres, le Dr Jekyll (Ralph Bates) s’est donné pour mission de trouver des remèdes pour toutes les maladies mortelles qui frappent l’humanité. Mais quand son ami et collègue le professeur Robertson (Gerald Sim) lui fait remarquer qu’une vie entière ne lui suffira pas pour venir à bout de son projet, le Dr Jekyll décide de trouver le remède… à la mort !

Ce n’est pas la première fois que la Hammer se penche sur l’un des trésors de la littérature gothique anglaise, le fameux « Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde » de Robert Louis Stevenson publié en 1886. En 1959, la Hammer sort une comédie librement inspirée du thème avec « The Ugly Ducklin ». Puis l’année suviante, Terence Fisher signe une adapation plus classique avec « The Two Faces of Dr Jekyll ». Reste que dans les deux cas, Mr Hyde n’est pas une créature monstrueuse mais un playboy – une idée qui a peut-être inspiré Jerry Lewis quelques années plus tard).

En 1971, la Hammer se penche à nouveau sur le mythe en prenant encore une fois de grandes libertés avec le livre. Cette fois-ci, le pauvre Dr Jekyll se transorme en… jolie femme aussi sexy que moralement dépravée ! Et ça tombe bien, car au tout début des années 70, la Hammer aime que ses grands méchants soient incarnés par des femmes sexy, promptes à se déshabiller si possible (The Vampire Lovers, Countess Dracula, Hands of the Ripper).

Et quant à faire, le scénariste glisse dans l’histoire quelques figures criminelles célèbres de l’époque victorienne : Jack l’éventreur ainsi que le duo Burke et Hare (des déterreurs de cadavre et assassins qui fournissaient des cadavres en vue de dissection au Dr Knox à Edimbourg au début du XIXe siècle).

L’idée du film a été proposée par le scénariste Brian Clemens – célèbre pour été à la tête de la série « The Avengers » (« Chapeau Melon et Bottes de cuir » en France) dans sa période la plus connue. A la réalisation, on retrouve le talentueux et polyvalent Roy Ward Baker qui s’était reconverti dans les films d’horreur avec « Quatermass and the Pit » (1967) pour la Hammer.

Niveau casting, on a droit à Ralph Bates, sur lelquel la Hammer a parié au début des années 70 pour rajeunir son écurie d’acteurs réguliers alors vieillissante et son audience ! Martine Beswick incarne une Sister Hyde, très convaincante. Cette anglaise, née en Jamaïque, a débuté au cinéma dans le deuxième James Bond « From Russia with Love » (1963) et s’est même payée le luxe de figurer au générique du quatrième « Thunderball » (1965) dans un rôle différent. Elle a fait ses débuts pour la Hammer dans le film d’aventures préhistoriques « One Million Years B.C. » (1966) aux côtés de Raquel Welch. « Mister Hyde and Sister Hyde » sera son dernier film pour le studio et elle ne tardera pas à aller poursuivre sa carrière outre-atlantique.

Ironie du sort, alors que la Hammer est en phase de pré-production sur « Dr Jekyll and Sister Hyde », son grand concurrent Amicus démarre le tournage de « I, Monster », une adaptation assez fidèle des mésaventures du Dr Jekyll avec les deux acteurs mythiques de son écurie : Peter Cushing et Christopher Lee. Film qui lui a tous les atouts d’un film de la Hammer, période classique !

DVD zone 2 FR. Studio Studiocanal (2009). Version originale sous-titrée en français et version française. 

A découvrir également :

%d blogueurs aiment cette page :