Un thriller à l’humour très noir sur les événements en Irlande du Nord. Ames sensibles et cartésiens, s’abstenir ! Les autres, foncez !

Divorcing Jack (1998)

Réalisé par David Caffrey

Ecrit par Colin Bateman d’après le roman de Colin Bateman

Avec David Thewlis, Rachel Griffiths, Jason Isaacs, Richard Gant, Laura Fraser, Robert Lindsay, Laine Megaw,…

Direction de la photographie : James Welland / Direction artistique : Tom McCullagh / Montage : Nick Moore / Musique : Adrian Johnston

Produit par Robert Cooper

Comédie / Crime / politique / Thriller

110mn

UK

Dan Starkey (David Thewlis) écrit une colonne satirique dans un journal de Belfast. Il boit beaucoup trop, ce qui finit par mettre en danger son couple et sa carrière. Il s’en sort généralement par une pirouette, mais quand il a une aventure avec une jeune femme Margareth (Laura Fraser), sa femme Patricia (Laine Megaw) le met à la porte.

Pendant ce temps, des élections importantes approchent et il semble certain que le charismatique Michael Brinn (Michale Lindsay), un fervent défenseur de la paix entre catholiques et protestants, sera le prochain premier ministre d’Irlande du Nord. Tout le monde se met à croire en la paix, mais Starkey, cynique dans l’âme, refuse de se laisser séduire par cette figure trop lisse à son goût.

Un soir, alors que Starkey est parti aller chercher à manger, Margareth est sauvagement assassinée. Starkey croit entendre le tueur approcher et tue par erreur la mère de Margareth ! La police ne tarde pas à traquer Starkey qui n’a comme seul indice que les derniers mots prononcés par Margarth : “Divorcing Jack”.

Il faut oser rire du conflit nord irlandais. Le résultat est aussi drôle que sanglant, et n’a que faire du réalisme. Le scénario est improbable à souhait et la satire vire rapidement vers la farce.

Le scénario est signé Colin Bateman qui adapte ici son premier livre sorti en 1995. Bateman est un écrivain qui a commencé sa carrière comme éditorialiste satirique, tout comme son héros Daniel Starkey, protagoniste de dix romans (le dernier en date est sorti en 2014), et dont “Divorcing Jack” marquait les débuts pour le moins explosifs.

L’adaptation cinématographique emprunte au thriller à forte dose d’humour noir mis au goût du jour par des cinéastes comme Danny Boyle (“Shallow Grave”, 1994) et Tarantino (“Reservoir Dogs” en 1992, “Pulp Fiction” en 1994). Mais ici, le contexte politique est très marqué et le film livre une vision très pessimiste des événements en Irlande du Nord. “Tous pourris, la situation n’est pas prête de changer” pourrait être la morale du film. Ironiquement, “Divorcing Jack” est sorti en octobre 1998, soit cinq mois après la signature du fameux Good Friday Agreement, qui a marqué un grand pas vers la résolution du conflit. Mais qui n’a cependant pas empêché un attentat sanglant en août suivant (29 morts par voiture piégée) commis par des dissidents de l’IRA.

Le réalisateur irlandais David Caffrey signait ici son premier long métrage avec une jolie réussite vu le côté potentiellement casse-gueule du projet. Il signera deux autres longs pour le cinéma “On the Nose” (2001) et “Grand Theft Parsons” (2003) avant de se consacrer à la télé britannique et irlandaise pour lesquels il a signé des épisodes de “Line of Duty”, “Love/Hate”, “Peaky Blinders” ou encore “Taken Down”.

Dans le rôle du journaliste, on retrouve David Thewlis. Il n’est pas irlandais (il y a peu d’irlandais dans le casting !) mais originaire de Blackpool, ce qui ne l’empêche pas de camper Starkey à la perfection.  Thewlis a été remarqué en 1993 en tête d’affiche de “Naked” de Mike Leigh, rôle pour lequel il sera récompensé entre autres à Cannes.

A ses côtés, l’australienne Rachel Griffiths joue le rôle d’une infirmière, nonne strip teaseuse la nuit ! L’année précédente elle avait partagé l’affiche de l’excellent “My Son the Fanatic“.  Pour sa part, Robert Lindsay est comme un poisson dans l’eau : il a souvent campé des politiciens, toujours ambitieux, parfois verreux (dont Tony Blair dans “The Trial of Tony Blair” en 2007 ou encore le fictif Tonny Murray dans l’excellente mini série “G.B.H.” en 1991).

Malheureusement, à ce jour (janvier 2019), “Divorcing Jack’ est seulement disponible dans un DVD UK vieillissant et sans aucun sous-titres.

DVD zone 2 UK. Studio Whv (2003). Version originale sans sous-titres

 

%d blogueurs aiment cette page :