Une excellente comédie douce amère sur la crise de la quarantaine avec un Bill Paterson impeccable.

Comfort and Joy (1984)

(Joie et Reconfort)

Ecrit et réalisé par Bill Forsyth
Avec Bill Paterson, Eleanor David, Clare Grogan, Alex Norton, Patrick Malahide, Roberto Bernardi,…

Direction de la photographie : Chris Menges / Direction artistique : Andy Harris / Montage : Michael Ellis / Musique : Mark Knopfler

Produit par Davina Belling et Clive Parsons

Comédie

UK

Alan Bird (Bill Paterson) est DJ dans une radio locale de Glasgow où il s’occupe de la matinale. Sa bonne humeur est très appréciée des auditeurs. Mais quand sa compagne, l’exubérante et cléptomane Mandy (Eleanor David) le quitte sans prévenir à quelques jours de Noël, la dépression pointe son nez.

En se promenant en voiture, Bird aperçoit une jeune femme séduisante dans un food truck qui propose des glaces “Mr Bunny”. Mais alors que profitant d’une halte du van, il achète une glace, trois types cagoulés débarquent et commencent à taper dans le camion. Les types sont mis en fuite, mais Bird est très surpris de voir que les propriétaires du van, dont la jeune femme, minimisent la situation.

Le lendemain, des types d’apparence patibulaire le conduisent dans un entrepôt de fabrication de glâce. Il rencontre Mr Cool (Roberto Bernardi), un vieil italien distingué mais qui a l’air d’avoir la colère facile. Ce dernier lui explique que Mr Bunny enfreint les règles non écrites du milieu, et que lui seul, Bird, peut jouer l’intermédiaire pour trouver une solution pacifique à la crise !

Alan Bird est le cas typique d’un quarantenaire en pleine crise existentielle. Il a un boulot où il est apprécié mais il ne fait rien de très sérieux. Et sa compagne, qui apportait de l’imprévu dans sa vie, l’a quitté. Finalement le fait de se retrouver en plein milieu d’une guerre des gangs, fussent-ils sur le marché de la crème glacée (!), est une aubaine, une distraction, un but. Bird se voit bien tout à coup en journaliste d’investigation qui ausculte les bas fonds inexplorés de sa ville. Bon évidemment tout ça ne plaît pas trop au directeur de la station Hillary (Rikki Fulton) qui commence à se demander s’il n’y a pas une clause de santé d’esprit dans le contrat de son animateur.

Le scénariste-réalisateur écossais Bill Forsyth, est devenu une star grâce au triomphe de “Local Hero” l’année précédente. Il ne prend pas pour autant la grosse tête et continue dans sa veine comique commencée en 1979 avec l’excellent “That Sinking Feeling” et poursuivie avec le culte “Gregory’s Girl” (1981).

“Comfort and Joy” maintient le niveau d’excellence de Forsyth avec une comédie douce amère sur la crise de la quarantaine. L’humour est pince sans rire, un brin décalé et avec un fond de noirceur inattendu. Le personnage d’Alan Bird très bien brossé et superbement campé par Bill Paterson, acteur écossais qu’on voit la même année au générique de “A Private Function” et “The Killing Fields”.

A noter également la bande son signée par le guitariste écossais Mark Knopfler, le leader de Dire Straits (comme l’année précédente sur “Local Hero”). On a notamment droit à une utilisation très bien vue et parfaitement second degré du morceau culte du groupe, “Private Investigation”.

Le film est indisponible en France (janvier 2019), mais vous pouvez le trouver dans une copie anglaise (DVD) qui a la générosité de proposer des sous-titres (en anglais).

DVD zone 2 UK. Studio StudioCanal, collection VintageClassic. Version originale avec des sous-titres anglais optionnels.

%d blogueurs aiment cette page :