Un bon film criminel qui s’en prend à l’hypocrisie de la bourgeoisie de banlieue chic. Réalisé de main de maître par John Guillermin

Town on Trial (1957)

(Traqué par Scotland Yard)

Réalisé par John Guillermin

Ecrit par Robert Westerby et Ken Hughes

Avec John Mills, Charles Coburn, Barbara Bates, Derek Farr, Alec McCowen, Maureen Connell, Elizabeth Seal,…

Direction de la photographie : Basil Emmott / Direction artistique : John Elphick / Montage : Max Benedict /

Produit par Maxwell Setton pour Columbia Pictures Corporation et Marksman Productions Ltd.

96mn

Crime/Thriller

UK / USA

Dans la banlieue londonienne chic, une jeune femme un brin provocante est assassinnée. Scotland Yard dépêche sur place le superintendant Mike Halloran (John Mills). Ce dernier, avec ses manières brusques, déplait fortement aux notables locaux.

Une voiture de police fonce à toute allure et se gare juste devant la caméra. Un homme, menoté, est conduit au poste de police. On ne voit pas son visage. Les policiers l’installent dans une salle d’interrogratoire. Un policier s’installe à une table avec un carnet de note, tandis que ses collègues font asseoir le prisonnier sur une chaise, enlèvent ses menottes, lui retirent sa veste et fouillent à l’intérieur.

Un homme sort de la salle d’interrogatoire et annonce qu’il a obtenu les aveux du suspect. Pendant qu’il lit ceux-ci d’une voix neutre, nous suivons en flashback des images filmées en vue subjective de l’individu qui se promène dans la ville avant de se rendre dans l’après midi au tennis club, lieu de rendez-vous des notables locaux.

Arrivé au club, la vue passe temporairement en vue caméra normale. Les hommes admirent une jolie blonde Molly (Magda Miller) qui joue au tennis dans une tenue qui ne cache rien de sa la silhouette sculpturale. Evidemment certaines femmes n’apprécient pas les regards de leurs maris. Pour sa part, la jeune Fiona (Elizabeth Seal) ne cache pas son admiration devant ses parents (« J’aimerais que les hommes me regardent comme ça »).

Molly quitte le club pour aller nager, s’amusant visiblement de l’empressement et du regard des hommes autour d’elle.

La voix off reprend : « Elle savait à quel point les hommes aimaient la regarder et à quel point les femmes la haïssaient. Elle avait conscience des disputes qu’elle causait et ça l’amusait. Mais elle ne savait pas qu’elle allait mourir ».

Retour à la caméra subjective. Le soir tombé, Molly rentre chez elle. Elle est étonnée de voir l’individu qui surgit devant elle et qu’elle connaît visiblement, puis prend peur. Quelques secondes plus tard, elle gît morte, étranglée.

Une voiture roule à toute allure et passe devant un panneau marqué « Oakley Park – No accidents Please ». A l’intérieur, installés sur la banquette arrière, deux hommes. L’un tripote son carnet et demande un stylo de la main à son voisin, sans même tourner le regard vers lui. Un coup de klaxon. Une vue de l’extérieur nous montre une foule de curieux amassés devant un cordon de police… La voiture franchit le cordon. L’homme au carnet sort de la voiture et se rend sur une scène du crime. Tout le monde à l’air de savoir qui il est. Il se dirige aussitôt vers le lieu du crime, écoute les explications, demande un relevé des empreintes et décide d’aller voir l’appartement de la victime plutôt que son corps comme lui suggère un officier : « Pourquoi ? elle est morte, non ? Je préférerais voir le lieu où elle vivait ».

En huit minutes (générique compris) John Guillermin nous livre les bases de son intrigue (un meurtre qui a été élucidé mais dont le spectateur ne connaît encore pas le coupable), une petite banlieue bien comme il faut mais où une femme sexy et visiblement peu à sa place en un tel lieu, cause le trouble. Pour élucider cette sombre histoire, un policier qui n’est pas du coin, peu commode et porté sur l’efficacité plutôt que sur le respect des conventions.

Le réalisateur anglais John Guillermin avait déjà une dizaine de films à son actif, des comédies et des thrillers (et s’était mis à tourner parallèlement pour la télévision britannique). Il venait juste de réaliser un film plein de tension sexuelle (où une jeune femme blonde provoque l’enfer dans un village espagnol « Thunderstorm » en 1956). Le futur réalisateur de blockbusters hollywoodiens, qui va enchaîner « La tour infernale » (1974) « King Kong » (version de 1976) ou encore « Death on the Nile » (1978) livre ici une réalisation énergique, très efficace.

« Town on Trial » n’est pas vraiment un whodunit, même s’il en reprend certains codes. Non, ici l’identité du coupable n’importe après tout pas tant que ça (et peut même être deviné dès la scène d’introduction), car c’est la ville elle-même qui est coupable (comme le suggère d’emblée le titre du film). « Town on Trial » dénonce les hypocrisies de la bourgeoisie qui pratique l’entre-soi, où les petits mensonges sont permis tant qu’ils ne sont pas découverts, où l’apparence compte bien plus que la réalité. Le super intendant Mike Halloran (John Mills) est ici comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Ses méthodes sont rapidement mises en question mais lui n’en a que faire. Homme blessé mais aussi d’un autre milieu, il reproche rapidement aux habitants de préférer leur petit confort à la résolution d’un crime. Entre Halloran et la population locale, c’est l’incompréhension totale. Seule, une jeune infirmière Elizabeth (Barbara Bates) semble sensible à l’homme, malgré sa rugosité.

John Mills est ici impérial en individu peu aimable mais en policier efficace. Un rôle assez différent de ce qu’il jouait jusque là.

Le scénario est co-signé par Ken Hugues, qui était déjà passé à la réalisation et qui signera notamment la même année « The Long Haul  » et plus tard l’excellent « The Small World of Sammy Lee » (1963).

Blu-ray UK. Studio Powerhouse Films, label Indicator (2017). Edition limitée 3000 exemplaires. Version originale sous-titrée en anglais. Bonus : Livret 36 pages, interview audio avec John Mills (96mn), Interview de Barry Forshaw, moyen métrage « Adventure in the Hopfields » (1954) réalisé par John Guillermin,…

A découvrir également :

%d blogueurs aiment cette page :