Un diplomate (interprété par le génial Michael Hordern), blessé sur plan personnel et professionnel, est jaloux de l’amitié de son fils avec un jardinier.

The Spanish Gardener (1956)

(Le jardinier espagnol)

Réalisé par Philip Leacock

Ecrit par John Bryan et Lesley Storm d’après le roman de A.J. Cronin

Avec Dirk Bogarde, Jon Whiteley, Michael Hordern, Cyril Cusack, Maureen Swanson, Geoffrey Keen,…

Direction de la photographie : Christopher Challis / Production design : Maurice Carter / Montage : Reginald Mills / Musique : John Veale

Produit par John Bryan pour The Rank Organisation

Tourné aux Studios Pinewood et près de Barcelone

Drame

UK

Harrington Brande (Michael Hordern) est un diplomate américain basé à Madrid. Sa femme l’a quitté et il se retrouve seul avec son fils Nicholas (Jon Whiteley). Au lieu de la promotion qu’il attendait, on l’envoie à San Jorge sur la Costa Brava. Harrington décide de garder son fils à ses côtés au lieu de l’envoyer en pension.

Le jardinier espagnolSuite à la séparation de ses parents, le jeune Nicholas (Jon Whiteley) se retrouve à vivre seul avec son père, Harrington (Michael Hordern), un diplomate américain qui vient d’être muté sur la Costa Brava. Il semblerait que le fait que sa femme l’ait quitté ait un impact sur sa carrière. Ce qu’il vit mal bien sûr. Il se rattache du coup à son jeune fils de 11 ans qu’il veut garder à ses côtés. Nicholas se retrouve bien seul et sympathise avec le nouveau jardinier José (Dirk Bogarde), ce qui déplait à Harrington.

Jaloux de la relation entre son fils et José, le père est littéralement torturé par cette amitié. L’ego blessé par le départ de sa femme et sa déconvenue professionnelle, il reporte tout sur son fils jusqu’à l’absurdité, jusqu’au pathétique.

Pour cacher ses propres méfaits, son majordome Garcia (un Cyril Cusack inquiétant) fait peser des vols sur Jose… Harrington n’est que trop heureux de le croire !

Le tournage a été un peu compliqué pour les acteurs. Dirk Bogarde avait déjà joué avec le jeune Jon Whiteley dans le thriller noir « Hunted » (1952). Mais la situation avait bien changé. Bogarde était désormais une star suite au triomphe de « Doctor in the House » (1954). Quant à Whiteley, malgré son jeune âge, il avait entre temps joué dans « Moonfleet » (1955) de Fritz Lang et remporté un Oscar honorifique pour sa prestation dans « The Kidnappers » (1953) où il était déjà dirigé par Philip Leacock.

Ainsi si Bogarde était bien la tête d’affiche, il avait ici forte concurrence. D’autant que le rôle d’un jardinier espagnol n’est probablement pas le meilleur choix en termes de crédibilité ! Et le rôle le plus intéressant du film est celui de Harrington, joué par Michael Hordern, d’ailleurs formidable. Horden, figure et voix célèbres du théâtre, de la radio, de la télévision et du cinéma britannique, a dans ce film un rôle à sa mesure. Rien que pour ça, « The Spanish Garderner » vaut le coup d’oeil. Le drame est un peu forcé mais fonctionne plutôt bien grâce à la qualité de ses interprètes (même si Bogarde n’a pas toujours l’air convaincu d’avoir eu raison d’accepter le rôle… doutes que par ailleurs il avait émis dès la lecture du script).

A noter que pour des raisons évidentes, le film fait l’impasse sous les sous-etendus d’attrait sexuel d’Harrington envers José, présents dans le roman.

L’expérience du tournage est probablement l’une des raisons pour laquelle  la mère de Whiteley décida de mettre un terme à la carrière d’acteur de son fils (il ne tournera plus que deux téléfilms). De retour dans « la vie normale », il fit des études d’histoire de l’art pour occuper en 1976 une position de curateur au Ashmolean Museum à Oxford qu’il occupait encore en 2017.

DVD zone 2 UK. Studio Strawberry Media. Version originale sans sous-titres. 

A découvrir également :

%d blogueurs aiment cette page :