Comédie:
Will Hay

Reviewed by:
Rating:
4
On 6 octobre 2019
Last modified:6 octobre 2019

Summary:

Une bonne comédie avec un Will Hay en forme qui participe à l'effort de guerre en chassant des fantômes ou/et des nazis

Une bonne comédie avec un Will Hay en forme qui participe à l’effort de guerre en chassant des fantômes meurtriers voire des nazis

The Ghost of St. Michael's (1941)

The Ghost of St. Michael’s (1941)

Réalisé par Marcel Varnel

Ecrit par Angus MacPhail et John Dighton

Avec Will Hay, Claude Hulbert, Felix Aylmer, Raymond Huntley, Roddy Hughes, Charles Hawtrey, John Laurie,….

Camera : Derick Williams / Montage : Edward B. Jarvis / Direction artistique : Wilfred Shingleton / Musique : Ernest Irving

Produit par Michael Balcon pour Ealing Films

Comédie / Crime

UK

The Ghost of St. Michael's - afficheAu début de la seconde guerre mondiale, des élèves londoniens sont évacués de Londres et leur école exilée dans un château sur l’ile de Skye en Ecosse. Will Lamb (Will Haye) fait partie des enseignants recrutés pour l’occasion. Le problème c’est que ce nouveau prof de chimie est un incompétent qui a menti sur son CV. Les élèves ne tardent pas en s’en rendre compte et à lui pourrir la vie. Mais le décès du du directeur de  l’école, sans que l’on sache s’il s’agit d’un meurtre ou suicide, relance les rumeurs selon lesquelles le château serait hanté. En effet la nuit de la mort du directeur, le son d’une cornemuse a retenti dans les murs du vieux château. Le vieux gardien du château (John Laurie) en est convaincu : la malédiction a encore frappé.

Will Hay a commencé tardivement au cinéma mais est devenu rapidement l’un des comiques à succès de la seconde moitié années 30 avec notamment le triomphe de ‘Oh, Mr Porter!” (1937).  Après deux ans d’absence des écrans, Hay revient en 1941 avec un film produit par Ealing Studios. Il y retrouve pour la dernière fois son réalisateur fétiche, le français Marcel Varnel mais perd au passage ses deux légendaires sidekicks, Albert (Graham Moffatt) et Harbottle (Moore Marriott).

On aurait pu craindre que la formule comique de Will Hay ne tienne pas le choc. Les temps ont changé rapidement. On est en pleine seconde guerre mondiale, et un humour anarchiste qui se moque des figures d’autorité est-il vraiment compatible avec l’effort de guerre ? C’est compter sans l’ingéniosité du responsable d’Ealing Studios, Michael Balcon qui produit ici le film. Ealing a su parfaitement utiliser les différents genres pour créer un cinéma de propagande intelligent qui mette en avant l’unité britannique. L’école et la justice en prennent pour leur grade (ah le procès tenu dans une ferme !) mais l’intrigue, qui vire du film de fantôme vers le “whodunit”, est habilement placée sur fonds d’espionnage nazi et évidemment face à cet ennemi commun une certaine cohésion va apparaitre.

Will Hay tournera trois autres films pour Ealing studios, sous la direction de Basil Dearden ou Charles Fend avant de prendre sa retraite des écans en 1943 à l’âge de 55 ans. Il est mort six ans plus tard en 1949.

DVD UK. Studio Studiocanal (2011). Version originale sans sous-titres

%d blogueurs aiment cette page :