Review of: Sexy Beast
Thriller:
Jonathan Glazer

Reviewed by:
Rating:
4
On 24 octobre 2019
Last modified:24 octobre 2019

Summary:

Un film culte entre romance, thriller et comédie qui a lancé la carrière du réalisateur Jonathan Glazer. Avec Ray Winstone et Ben Kingsley en très grande forme

Un film culte entre romance, thriller et comédie qui a lancé la carrière du réalisateur Jonathan Glazer. Avec Ray Winstone et Ben Kingsley en très grande forme

Ben Kingsley et Ray Winstone dans Sexy Beast (2000)

Sexy Beast (2000)

Réalisé par Jonathan Glazer

Ecrit par Louis Mellis et David Scinto

Avec Ray Winstone, Ben Kingsley, Ian McShane, Amanda Redman, James Fox,…

Directeur de la photographie : Ivan Bird / Production design : Jan Houllevigue / Montage : John Scott et Sam Sneade / Musique : Roque Baños

Produit par Jeremy Thomas

Crime/Thriller

UK / Espagne

Ex-gangster, Gal (Ray Winstone) se la coule douce dans une villa isolée dans le sud de l’Espagne avec sa compagne Dee (Amanda Redman), une ex actrice porno. Mais un jour un bout de roc tombe du haut de la colline, manque de l’écraser pour finir sa course dans sa piscine. Le lendemain il apprend que Don (Ben Kingsley) va venir le chercher. Don est un psychopathe, chef d’un gang de criminels dont Gal faisait partie. Il monte un nouveau coup et veut que Gal soit de la partie. Mais Gal refuse. Il a pris sa retraite. Une position qui ne plait pas du tout à Don.

“Sexy Beast” est le premier film de Jonathan Glazer, alors réalisateur de clips pour des groupes emblématiques des années 90 : Massive Attack, Jamiroquai, Radiohead, Blur,… Un joli palmarès. Mais on le sait, le passage du clip au long métrage n’est pas des plus évidents.

Vu le pitch, on aurait pu aussi craindre que le film ne fasse trop référence à ce qui était alors la nouvelle mode, les comédies criminelles remises au goût du jour outre-manche par Guy Ritchie avec son “Lock, Stock and Two Smoking Barrels” (1998). Difficile pourtant de dire à quel genre se rattache “Sexy Beast”. C’est à la fois une romance, un drame psychologique, un film criminel, une comédie,… On a même droit à une touche de fantastique avec les hallucination de Gal.

Mais non. Même si Jonathan Glazer applique un style travaillé, il est économe dans ses effets. “Sexy Beast” reste avant tout le portrait de Gal, un ancien criminel, amoureux et bien décidé de rester à la retraite. Tout le film porte sur la peur de Gal de retourner dans son ancienne vie incarnée par les effrayants Don et Teddy “Black Magic” Bass (Ian McShane). Un peur viscérale.

Au lieu de sombrer dans l’excessif, “Sexy Beast” reste étonnement sobre. En partie grâce à la réalisation de Glazer (qui s’arrête tout juste avant d’en faire trop) et l’interprétation de Ray Winstone, acteur spécialisé dans les durs à cuire, qui a montré plus d’une fois qu’il savait livrer des interprétations subtiles (“Scum” en 1979, “Ladybird Ladybird”  en 1994 ou encore “Nil by Mouth” en 1997).

Ben Kingsley et Ian McShane sont parfaits en mafieux psychopathes, avec deux interprétations très contrôlées qui pourtant auraient pu très facilement sombrer dans le ridicule. Ils rendent crédibles la terreur qu’ils arrivent à provoquer chez Gal.

Mutli-récompensé aux BAFTA, “Sexy Beast” est aujourd’hui l’un des films cultes des années 2000. Et devrait d’ailleurs revenir sur les écrans en 2020 sous forme de série américaine ! Une préquelle (constituée pour l’instant d’une saison de dix épisodes) a été approuvée au printemps 2019 par Paramount Nerwork.

Loin d’enchainer les projets, Jonathan Glazer s’est contenté de sortir un thriller étrange “Birth” (2004) avec Nicole Kidman pour ne revenir sur grand écran que neuf ans plus tard avec le film de SF hypnotique “Under the SKin“. Rien que pour ce dernier et “Sexy Beast”, il est considéré comme l’un des réalisateurs les plus excitants de sa génération !

Les deux scénaristes Louis Mellis et David Scinto ont sorti la même année un autre thriller “Gangster n°1” avec Malcom McDowell  et re-collaboreront en 2009 sur “44 Inch Chest” avec à nouveau Ray Winstone et Ian McShane.

Blu-ray et DVD UK. Studio Channel 4 (2010). Version originale avec des sous-titres anglais. Bonus : interviews, coulisses,…

%d blogueurs aiment cette page :