Review of: La vie de Brian
Comédie:
Terry Jones

Reviewed by:
Rating:
5
On 27 janvier 2020
Last modified:29 janvier 2020

Summary:

Monty Python Life of Brian (La vie de Brian), l'une des meilleures comédies britanniques de tous les temps, a pourtant failli ne jamais voir le jour

Monty Python Life of Brian (La vie de Brian), l’une des meilleures comédies britanniques de tous les temps, a pourtant failli ne jamais voir le jour

Life of Brian (1979)

(La vie de Brian)

Réalisé par Terry Jones

Ecrit par les Monty Python

Avec Graham Chapman, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Michael Palin, Terry Jones, Sue Jones-Davies,…

Direction de la photographie : Peter Biziou / Production design : Terry Gilliam / Direction artistique : Roger Christian / Montage : Julian Doyle / Musique : Geoffrey Burgon

Produit par John Goldstone pour HandMade Films et Python (Monty) Pictures

Comédie

94mn

UK

Brian (Graham Chapman) n’est pas vraiment né sous la bonne étoile. Enfin presque. Il est né à quelques mètres de la crèche du Messie à Nazareth. Mais sa mère (Terry Jones) n’est pas tout à fait vierge et il n’est pas l’enfant élu. Une fois devenu jeune adulte, sa mère lui apprend qu’il est en fait le fils d’un romain !  C’en est trop pour Brian qui claque la porte de sa chambre tandis que sa mère s’apprête à livrer ses faveurs frelatées à un officier romain. Du coup quand Brian tombe sur le Front Populaire Juif mené par Reg (John Cleese), et qu’il repère la belle Judith (Sue Jones-Davies), il fait voeu de les rejoindre. Brian va-t-il devenir le sauveur des juifs et libérer son peuple des Romains ? Non.

Nos six larrons des Monty Python ont révolutionné la télévision anglaise en 1969 avec leur émission à sketch pas comme les autres, le “Monty Python’s Flying Circus”. En 1975 ils ont franchi le cap du grand écran avec un succès tout aussi insolant en signant le désormais légendaire “Monty Python and the Holy Grail“.

Reste que la troupe avait déjà commencé à se distendre depuis 1974. John Cleese ne participera pas ainsi à la dernière saison du Flying Circus, et en 1975 il créé une sitcom qui deviendra aussi mythique: “Fawlty Towers”. Terry Gilliam signe un film en solo “Jaberwocky” (1977), Terry Jones et Michael Palin écrivent “Ripping Yarns”… Mais la fine équipe se réunit à nouveau sur un projet improbable “The Life of Brian”.

La genèse du film est devenue culte. En pleine préparation du tournage, les Monty Python sont lâches par leur producteur, EMI Films. Il faut trouver une solution très vite. Eric Idle décide alors de demander un coup de main à un ami, fan des Monty Python, accessoirement membre des Beatles, George Harrison. Ce dernier créera pour l’occasion une maison de production Handmade Films et mettra son argent personnel (deux millions de livres !) au service des comiques anglais pour qu’ils puissent finir leur film : “C’est le ticket le plus cher de l’histoire du cinéma !” commentera George Harrison.

Le résultat est l’une des meilleures comédies de tous les temps. Plus construit et aboutit que “Monty Python and the Holy Grail”, “Life of Brian” a toujours une construction basée sur une succession de sketch, mais le fil d’ariane du récit est bien mieux respecté que dans le précédent film sans trop de digressions (en dehors d’une fameuse et cultissime poursuite où la poursuite entre Romains et Brian prend soudainement une dimension spatiale !).

Si les deux Terry, Jones et Gilliam, avaient partagé non sans soucis la réalisation de leur premier film, cette fois-ci c’est Terry Jones qui prend seuls les rênes… pour le meilleur. Le film est rythmé, accumule le scènes cultes et on voit que l’équipe a bénéficié de davantage de moyens que sur son précédent opus.

“Life of Brian” est une véritable charge contre tous les dogmatismes. Les Monty Python s’en prennent aux prophètes, qu’ils soient religieux ou politiques (l’extrême gauche en prend autant pour son grade que la religion voire plus !), et surtout à ceux qui les suivent aveuglément. Dans “Life of Brian”, la foule croit à ce qui les arrange, à des fins de gain personnel et/ou de divertissement.

Evidemment les Chrétiens ont moyennement apprécié, criant au blasphème ! Certains pays comme l’Irlande et le Danemark interdiront tout simplement le film. Mary Whitehouse, une activiste catho célèbre à l’époque au Royaume-Uni priera pour que le film soit un échec au box office.  Dieu ayant plus d’humour et sûrement plus de cervelle ne l’écoutera pas, et les tentatives de censure et de boycott feront surtout de la publicité au film qui va triompher au box office.

DVD et Blu-ray FR. “Edition Immaculée”.  Studio Sony Pictures (2008).  Version originale sous-titrée en français. Bonus : Commentaire audio de John Cleese et Michael Palin, Commentaire audio de Terry Gilliam, Eric Idle et Terry jones, 5 scènes supplémentaires, Lecture du script, L’histoire de Brian, 4 spots radio

%d blogueurs aiment cette page :