Review of: Get Cracking
Guerre / Comédie:
Marcel Varnel

Reviewed by:
Rating:
4
On 20 janvier 2023
Last modified:20 janvier 2023

Summary:

Une comédie enlevée, tournée pendant la guerre, sur les home guards, l'armée de volontaires qui était censée protégée les Britanniques d'une invasion allemande

Une comédie enlevée, tournée pendant la guerre, sur les home guards, l’armée de volontaires qui était censée protégée les Britanniques d’une invasion allemande

Get Cracking (1943)

Réalisé par Marcel Varnel

Ecrit par Edward Dryhurst, L. du Garde Peach et Michael Vaughan

Avec George Formby, Edward Rigby, Frank Pettingell, Ronald Shiner, Dinah Sheridan, E.V.H. Emmett,…

Directeur de la photographie : Stephen Dade / Direction artistique : George Provis / Montage : Max Brenner / Musique : Harry Bidgood

Produit par Marcel Varnel pour Columbia British Productions

Comédie / Guerre / Musique

96mn

UK

Après la défaite de la British Expeditionnary Force, les britanniques craignent une invasion du Royaume-Uni par une cinquième colonne allemande. Le soir du 14 mai 1940, dans la précipitation, le secrétaire d’État à la Guerre, Anthony Eden, annonce la création d’une force de défense domestique, baptisée Local Defence Volunteers (LDV). Le succès est immédiat avec plus de 250.000 volontaires dès les premiers jours.

Le début de « Get Cracking » fonctionne comme un reportage d’actualité faisant le récit de la création de ce qui deviendra les gardes nationaux (home guards) sous l’impulsion de Churchill et qui a son apogée comptera environ un million de volontaires.

Puis le narrateur (l’acteur E.V.H. Emmett) nous présente sur un ton parodique des commentateurs d’actualité deux villages voisins, Minor Wallop et Major Wallop qui dès le début de la constitution des LDV se font concurrence au fil de l’équipement de leurs forces, au début très primitif, mais qui finit par s’enrichir d’uniformes et d’armes… comme les pros !

Puis le commentateur, après avoir entamé la discussion avec un corporal de Minor wallop, George (George Formby) quitte la scène (on voit son ombre partir devant l’écran) alors que George prend son ukullélé et entame une chanson en paradant avec son bataillon.

La « guerre » entre Minor Wallop et Major Wallop ne fait que commencer, chacun voulant démonter aux militaires de métier qu’ils sont plus aptes à faire face aux envahisseurs que leurs voisins. Et tous les coups sont autorisés (vol de mitrailleuse Vickers, espionnage,…) pour garder une avance sur l’autre.

Sorti en mai 1943 sur les écrans britanniques (les home guard seront dissous en 1944), « Get Cracking » n’est pas le premier film britannique à aborder le sujet, le plus connu étant l’excellent thriller « Went the Day Well? » (1942) produit par Ealing. Ici le ton est donc à la comédie, avec dans le rôle principal, le comique au ukulélé, George Formby, une star du music hall de l’entre deux guerres, qui tournera une dizaine de comédies entre 1938 et 1946.

A travers la rivalité entre deux villages, « Get Cracking » porte un regard amusé sur ces soldats improvisés et amateurs, pas forcément bien entrainés ni équipés, et qui ont dû mal à se mobiliser pour les tours de garde. George lui accumule les bourdes, mais motivé par son volonté d’impressionné sa petite copine Mary (Dinah Sheridan), la fille du boucher de « l’ennemi » (Mjajor Wallop), son ingéniosité finira par être récompensée quand il fabrique dans son garage… un tank !

« Get Cracking » est un comédie bien menée par le réalisateur Marcel Varnel, spécialisé dans le genre et habitué des films qui s’appuient sur des stars du music hall comme George Formby, Arthur Askey ou Will Hay (Oh, Mr. Porter!). Il bénéfice en outre ici d’une jolie galerie de personnages plus vrais que nature. Un chouette divertissement familial qui s’appuie sur une expérience commune alors vécue par de nombreux britanniques âgés de 17 à 65 ans.

Après la guerre, les home guards seront l’objet de nombreuses comédies britanniques, dont le sitcom mythique « Dad’s Army » (1968-77).

DVD UK. Studio Sony Pictures Home Entertainment (2009). Disponible à l’unité ou dans le coffret « The George Formby Film Collection ». Version originale avec des sous-titres optionnels en anglais

%d blogueurs aiment cette page :