Une adaptation baroque quasi expérimentale de “Faust” de Christopher Marlowe par un Richard Burton omniprésent et une Elizabeth Taylor sans aucun dialogue

Doctor Faustus (1967)

Réalisé par Richard Burton et Nevill Coghill

Adapté par Nevill Coghill d’après la pièce de Christopher Marlowe

Avec Richard Burton, Elizabeth Taylor, Andreas Teuber,…

Direction de la photographie : Gábor Pogány / Production design : John DeCuir / Direction artistique : Boris Juraga / Montage : John Shirley / Musique : Mario Nascimbene

Produit par Richard Burton et Richard McWhorter

Drame / Fantastique

97mn

Le Docteur Faustus (Richard Burton) est un savant réputé qui a l’impression d’avoir acquis tout le savoir à la disposition des humains. Il décide donc de vendre son âme au diable par l’intermédiaire de son serviteur, Mephistophilis (Andreas Teuber). En échange de son âme, Mephistophilis devra servir Faustus pendant 24 ans et assouvir toutes ses envies et ambitions.

“Doctor Faustus” est une adaptation assez libre de la pièce de Christopher Marlowe (1564-1592). Ce dernier, un contemporain de Shakespeare, est considéré comme le véritable inventeur du théâtre élisabéthain. Mais sa mort tragique à l’âge de 29 ans fait qu’on n’a que six pièces de lui, dont “Doctor Faustus” publié de façon posthume en 1601.

La pièce de Marlowe est la première retranscription de l’histoire de Faust, une légende allemande apparue au début du XVIe siècle. Sa pièce “The Tragical History of Doctor Faustus” a ensuite inspiré Goethe qui en publiera sa version en 1808 et Thomas Mann en 1947. La légende de Faust a souvent été portée à l’écran mais celle-ci a pour originalité de reprendre la version de Marlowe.

La version de Marlowe est sûrement l’une des plus pessimistes (attention <spoil>). Chez Marlowe, Faust invoque lui-même le diable, manque de réaliser quoi que ce soit de notable gâchant son pouvoir a faire des tours devant le roi ou encore à passer la nuit avec la plus belle femme du monde Helene de Troy  (jouée par Elizabeth Taylor). Enfin, chez Marlowe, Faust n’arrivera pas à sauver son âme.</spoil>.

Le film est un projet porté par Richard Burton qui ici porte à l’écran la pièce dans laquelle il a joué l’année précédente avec l’Oxford University Dramatic Society. Outre le rôle principal, il en assure la co-réalisation (avec Nevill Coghill, le metteur en scène de la pièce) et la co-production. C’est l’unique fois où Burton se retrouve avec un crédit de réalisation. Sa femme Elizabeth Taylor joue plusieurs rôles d’idéaux féminins, souvent peinte (!) et complètement muette ! Le reste du casting provient de la troupe originale, dont Andreas Teuber, très convainquant dans le rôle d’un Mephistophilis qui accepte presqu’avec regret le pari de Faust.

“Doctor Faustus” est un projet baroque, avec une direction artistique hors norme (les décors morbides foissonnent) ce qui, en plus du thème; lui vaut parfois d’être considéré comme un film d’horreur. Au niveau photographie, les couleurs alternes entre le rouge et le gris avec un recours un peu excessif aux flous.

Le film a un côté presque trop expérimental et trop intellectuel qui peut agacer, mais ses excès en font aussi son intérêt. Ce film correspond aussi à un moment dans la carrière de Burton où il entreprend avec Taylor des projets plus ambitieux et personnels souvent en liens avec des projets théâtraux. On les retrouve ainsi dans “The Taming of the Shrew” (1967) adapté de Shakespeare, “Boom” (1968) de Tennessee Williams, “Under the Milk Wood” (1971) de Dylan Thomas. Ils vont à nouveau se pencher sur la légende de Faust mais dans un style bien différent avec la comédie dramatique “Hammersmith Is Out” (1972) réalisée par Peter Ustinov.

“Doctor Faustus” est disponible actuellement (juillet 2021) en DVD américain mais sans aucun sous-titres ce qui rend difficile pour un non anglophone de le visionner. Dommage.

 

%d blogueurs aiment cette page :