Un whodunnit sympathique enfin disponible en version intégrale et en couleurs ! Avec un Christopher Lee… cagoulé !

Circus of Fear (1966)

(Le cirque de la peur)

Réalisé par John Llewellyn Moxey

Ecrit par Harry Alan Towers (sous le pseudo de Peter Welbeck) d’après Edgar Wallace (non crédité).

Avec Christopher Lee, Leo Genn, Anthony Newlands, Klaus Kinski, Suzy Kendall, Cecil Parker, Victor Maddern, Skip Martin, Maurice Kaufmann,…

Direction de la photographie : Ernest Steward / Direction artistique : Frank White / Motage : John Trumper / Musique : Johnny Douglas

Produit par Harry Alan Towers

Tourné aux studios Bray

Crime

91mn

UK / Allemagne de l’ouest

Le braquage d’un fourgon de transfert de fonds tourne mal quand l’un des malfaiteurs Mason (Victor Maddern) tue l’un des gardes. Si ses collègues sont rapidement rattrapés par la police, Mason lui est parti livrer sa part au boss (dont personne ne connaît l’identité). Mais une fois arrivé au lieu de rendez-vous, il est assassiné.

Chargé de l’enquête, l’inspecteur Elliott (Leo Glenn) se rend sur place et commence à enquêter sur les occupants du cirque dont Gregor (Christopher Lee), dresseur de lion qui porte en permanence une cagoule suite à un accident qui l’a défiguré, Mario (Maurice Kaufmann) un lanceur de couteaux jaloux ou Mr Big (Skip Martin) un nain un peu trop curieux.

“Circus of Fear” est un titre assez pompeux pour un whodunnit assez classique, mais non dénué d’humour, basé librement sur l’oeuvre de l’écrivain anglais Edgar Wallace. Nombre des oeuvres de l’écrivain sont alors la propriété d’une société allemande Rialto Film, qui les sort à la chaîne et qui tient à sortir elle-même la première adaptation en couleurs de Wallace.

Le début du film, où l’on suit le casse, est un peu confus et aurait pu être raccourci. Et la galerie de personnages, pourtant prometteuse (l’action se déroule dans un cirque), pas toujours bien exploitée. Mais c’est toujours un plaisir de retrouver Christopher Lee même si celui-ci passe 90% de son temps d’écran avec une cagoule sur la tête. A ses côtés Leo Genn joue un inspecteur qui garde sa bonne humeur malgré quelques meurtres et la pression de son supérieur (joué par l’inévitable Cecil Parker). Petite curiosité, la présence au générique de Klaus Kinski, ici sous-utilisé.

A l’origine du film, on retrouve Harry Alan Towers, producteur de plus d’une centaine d’oeuvres d’abord pour la télévision dès 1955 puis pour le cinéma du début des années 60 jusqu’en 2004. On lui doit beaucoup de séries B dont les “Fu-Manchu” avec Christopher Lee.

Le réalisateur John Moxley rend une copie tout à fait correcte (si on excepte des problèmes de raccord durant la course poursuite). S’il s’est plutôt consacré à la télévsion (où il a été très actif, d’abord anglaise puis américaine), Moxley, il a réalisé une poignée de films dont le film de guerre “Foxhole in Cairo” (1960) ou les thrillers “Death Trap” (1962) adapté également d’Edgar Wallace et “Strangler’s Web” (1965).

Le film existe en trois versions différentes. Une version allemande en noir et blanc écourtée, une version américaine noir et blanc réduite de 30 minutes (sous le titre de “Psycho-Circus”) et enfin la version originale britannique en couleur de 91mn.

L’éditeur français spécialisé dans les films d’exploitation Le Chat qui fume s’attaque ici pour la première fois à un film britannique. Comme à son habitude, il sort l’argenterie en nous livrant une copie de toute beauté. Niveau bonus c’est plus limité mais on a droit quand même à une sympathique présentation du film par Eric Peretti. Pour le commander (attention tirage limité à 1000 exemplaires) c’est ici.

Coffret DVD/Blu-ray FR. Studio Le Chat qui Fume (2019). Edition limité à 1000 exemplaires. Version originale sous-titré en français. Bonus : présentation du film par Eric Peretti (19 mn). Mini livret de 4 pages signé Christopher Lemaire

%d blogueurs aiment cette page :