Review of: Wild Bill
Drame:
Dexter Fletcher

Reviewed by:
Rating:
4
On 12 septembre 2023
Last modified:12 septembre 2023

Summary:

Un premier film maitrisé et sensible sur l'histoire d'un ex-criminel qui sort de prison et doit, à contrecoeur, faire face à ses devoirs paternels

Un premier film maitrisé et sensible sur l’histoire d’un ex-criminel qui sort de prison et doit, à contrecoeur, faire face à ses devoirs paternels

Wild Bill (2011)

Réalisé par Dexter Fletcher

Ecrit par Danny King et Dexter Fletcher

Avec Charlie Creed-Miles, Will Poulter, Sammy Williams, Leo Gregory, Iwan Rheon, Neil Maskell, Liz White, Charlotte Spencer, Andy Serkis,…

Direction de la photographie : George Richmond / Production design : Murray McKeown / Montage : Stuart Gazzard / Musique : Christian Henson

Produit par Tim Cole et Sam Tromans

Crime / drame / social

UK

Encore un film de gangsters de série B, serait-on tenter de dire à voir l’affiche et en parcourant un peu rapidement le pitch. La Grande Bretagne en produit à la pelleteuse depuis le triomphe de « Lock, Stock and Two Smoking Barrels » (Arnaques, crimes et botanique, 1998).

Pourtant le premier film du londonien Dexter Fetcher évite soigneusement violence gratuite et humour trash pour se pencher plutôt vers le drame familial et social sur fond de banlieue londonienne usée par le trafic de drogues. Si le décor fait de tours d’immeuble insalubres a été planté mille fois ces dernières années au cinéma et à la télévision britanniques, le scénario se resserre autour d’un père Bill (Charlie Creed-Miles), juste sorti d’un long séjour en prison, qui doit ré-apprivoiser ses enfants de 8 et 16 ans abandonnés par leur mère partie vivre en Espagne avec son nouveau compagnon. Non qu’il en ait envie. Ses anciens partenaires de crime lui ont bien fait comprendre qu’il ne faudrait pas trop qu’il s’attarde dans les parages . De toute façon, Bill se voyait plutôt changer d’air et partir travailler sur une plateforme pétrolière en Ecosse. Mais bon les services sociaux s’en mêlent, et tout au fond de lui, Bill n’a pas un si mauvais fond.

La noirceur thématique est tempérée rapidement par quelques lueurs d’humanité et d’espoir bienvenues introduites par les personnages. Même dans un monde de brutes…

Le trio (le père et ses deux fils) est rendu vraisemblable par de jolies prestations d’acteurs attachantes (Charlie Creed-Miles, Will Poulter et Sammy Williams), eux même soutenus par une palanquée de seconds rôles campés par des habitués du petit et grand écran (Leo Gregory, Neil Maskell, Andy Serkis,…)

Ce premier film tourné la quarantaine passée vaudra à Dexter Fetcher plusieurs prix et nominations. Fetcher n’était cependant pas un débutant au cinéma, ayant eu une carrière prolifique d’acteur commencée à un très jeune âge (à 9 ans il interprète Baby Face dans « Bugsy Malone » d’Alan Parker). Mais depuis le succès de « Wild Bill », on l’a retrouvé plusieurs fois derrière la caméra dans des films plutôt bien accueillis par le public et la critique : « Sunshine on Leith » (2013), « Eddie The Eagle » (2015) ou encore « Rocketman » (2019).

Blu-ray UK. Studio Universal (2012). Version originale avec sous-titres en anglais optionnels.

%d blogueurs aiment cette page :