Drame:
Philip Ridley

Reviewed by:
Rating:
4
On 22 mai 2019
Last modified:22 mai 2019

Summary:

Une oeuvre singulière et forte sur la passion (dans le sens religieux et amoureux) signée par un cinéaste trop rare, Philip Ridley

Une oeuvre singulière et forte sur la passion (dans le sens religieux et amoureux) signée par un cinéaste trop rare, Philip Ridley

The Passion of Darkly Noon (1995)

(Le jour du châtiment)

Ecrit et réalisé par Philip Ridley

Avec Brendan Fraser, Ashley Judd, Viggo Mortensen, Loren Dean, Grace Zabriskie,…

Direction de la photographie : John de Borman / Production design : Hubert Pouille / Direction artistique : Vera Dobroschke et Willem Klewais / Montage : Les Healey / Musique : Nick Bicât

Produit par Frank Henschke, Alain Keytsman et Dominic Anciano

Drame / Thriller

100mn

UK / Allemagne / Belgique

Darkly Noon (Brendan Fraser) est recueilli par Jude (Loren Dean) sur le bord d’une route forrestière. Jude le conduit chez Callie (Ashley Judd) qui vit dans une maison isolée au coeur de la forêt. Quand il reprend ses esprit, Darkly explique à Callie qu’il vivait dans une communauté religieuse et qu’il a vu ses parents se faire assassiner devant ses yeux. Callie le prend en pitié et lui propose de s’installer dans la grange. Mais Darkly devient de plus en plus obsédé par la belle Callie.

Quand le compagnon de Callie, Clay (Viggo Mortensen), un charpentier muet de naissance, rentre enfin de l’une de ses fugues dans la forêt, Darkly devient jaloux, commence à s’auto-mutiler. Dans ses hallucinations, ses parents lui ordonnent de tuer Callie, la pêcheresse.

“The Passion of Darkly Noon” est le deuxième film écrit et réalisé par le londonien Philip Ridley. Son premier film “The Reflecting Skin” (1990) était un conte gothique se déroulant dans l’Amérique rurale (une maison au milieu des champs) dans les années 50. Ici le symbolisme, toujours à la lisière du fantastique, est encore une fois central.

Une maison perdue dans la forêt, un cadre à la fois grandiose et claustrophobe. Clay est charpentier, Callie est belle mais ne peut avoir d’enfant. Quant à Darkly Noon, son éducation religieuse extrémiste le pousse à rejeter violamment ses désirs pour Calliee et la culpabilité le conduit vers la folie.

On pourra repproché à “The Passion of Darkly Noon” sa symbolique un peu lourde (le terme “passion” est ici bien entendu à entendre dans sens amoureux mais aussi religieux) mais comme pour “The Reflecting Skin”, Ridley livre une oeuvre singulière et attachante.

L’action est censée se dérouler aux Etats-Unis d’où un casting entièrement américain, mais le tournage s’est déroulé en Allemagne. Brendan Fraser livre une prestation intense d’halluciné et Ashley Judd n’a jamais été aussi sensuelle à l’écran (elle incarne parfaitement le fruit défendu et la sainte). Viggo Mortensen, qui avait obtenu l’un de ses premiers grands rôles grâce à Ridley dans “The Reflecting Skin” est de retour dans un rôle un peu plus en retrait face au véritable duo du film Fraser-Judd.

Ridley a depuis écrit et réalisé un troisième film, lorgnant plus franchement vers l’horreur, “Heartless” sorti en 2009 mais à ce jour (2019) ce cinéaste rare et singulier, également dramaturge et compositeur (entre autres), est absent des écrans depuis déjà dix ans. Dommage.

DVD zone 2 FR. Studio Antartic (2008). Version originale sous-titrée en français et version française.

%d blogueurs aiment cette page :