Review of: The Odessa File
Thriller:
Ronald Neame

Reviewed by:
Rating:
3
On 8 août 2017
Last modified:18 août 2017

Summary:

Un thriller sur fonds de chasse aux nazis qui se base sur des faits réels mais en oublie parfois de tenir le rythme et le suspense

Un thriller sur fonds de chasse aux nazis qui se base sur des faits réels mais en oublie parfois de tenir le rythme et le suspense

Le Dossier Odessa 1974

The Odessa File (1974)

(Le Dossier Odessa)

Réalisé par Ronald Neame

Ecrit par Kenneth Ross et George Markstein d’après le roman de Frederick Forsyth

Avec Jon Voight, Maximilian Schell, Mary Tamm, Maria Schell, Shmuel Rodensky, Derek Jacobi,…

Directeur de la photographie : Oswald Morris / Montage : Ralph Kemplen / Production design : Rolf Zehetbauer / Musique : Andrew Lloyd Webber

Produit par John Woolf pour Columbia Pictures Corporation, Domino Productions, Oceanic Filmproduktion GmbH

Tourné en Allemagne et aux studios de Pinewood

Thriller

130mn

UK / Allemagne

En 1963, le journaliste Peter Miller (Jon Voight) arrive par hasard sur la scène du suicide d’un vieil homme. Celui-ci a laissé des mémoires où il décrit son passé d’interné dans le camp de concentration de Riga. Sa femme y est morte et pour se venger il s’est décidé à chasser l’ancien responsable du camp, Eduard Roschmann (Maximilian Schell) surnommé le boucher. Miller se retrouve bientôt sur les traces d’une organisation nazi qui prépare la renaissance d’une Allemagne forte.

Peter Miller (Jon Voight) est un journaliste indépendant toujours à la recherche d’une bonne histoire. Mais quand il lit les mémoires d’un vieil homme juif qui vient de suicider, il devient obsédé par cet ouvrage qui décrit en détail les actes odieux commis par l’ancien responsable du camp de concentration. C’est ainsi qu’il va tomber sur une organisation secrète baptisée ODESSA, qui réunit d’anciens nazis se sont réinsérés dans la société allemande sous de nouvelles identités.

« The Odessa files » imagine que des nazis sont cachés parmi nous et préparent en secret leur grand retour. On pense notamment à « The Boys from Brazil » (1978) mais si ce dernier est une oeuvre de science fiction qui fait fi de tout réalisme, ce n’est pas le cas de « The Odessa Files » qui se base sur des faits réels romancés par Frederick Forsyth dans son roman éponyme publié deux ans plus tôt.

Le producteur John Woolf avait connu le succès l’année précédente en adaptant un autre thriller de Forsyth « The Day of the Jackal » mis en scène par Fred Zinnemann.

Ici, si le scénario prend de grosses libertés avec le livre original, il souhaite en garder la vraisemblance. Ainsi le chasseur de nazi Simon Wiesenthal a joué un rôle de conseiller sur le film et apparait même en tant que personnage sous les traits de l’acteur lithuanien Shmuel Rodensky. Selon Wiesenthal, ODESSA est un groupuscule fondé en 1944 pour aider les ex-SS à se cacher et changer d’identité. Depuis, l’existence de groupuscule spécifique a été remis en cause par des historiens même si d’autres groupes du même genre ont existé après guerre.

Le film raconte les souvenirs du camp de concentration à travers des séquences en noir et blanc. Le côté thriller est parfois un peu maladroit (avec des lenteurs et un cheminement trop simple – sans parler de cette histoire de missile qui est un peu expédiée) mais la surprise finale est plutôt bien amenée (même si elle ne révolutionne pas le film, elle permet au moins de donner un peu plus de corps au personnage du journaliste interprété par Jon Voight, autrement un peu léger). La relation de Peter avec sa petite amie Sigi (Mary Tamm) reste ainsi assez superficielle – or cette petite amie a quand même un rôle important dans le déroulé de l’intrigue et la relation entre les deux aurait pu rendre le personnage de Peter moins froid et plus intéressant).

« The Odessa file » est réalisé avec rigueur par Ronald Neame. Ce londonien, qui s’est formé à la photo (notamment pour David Lean et Michael Powell) est venu à la réalisation tardivement. Il est connu pour ses films d’aventure dans les années 50 et 60 des deux côtés de l’Atlantique, mais il a signé également des drames et comédies (« The Prime of Miss Jean Brodie » et « Scrooge » par exemple). Juste avant « The ODESSA file », Neame venait juste de sortir « The Poseidon Adventure » (1970), le film qui va lancer la mode des films catastrophes.


DVD UNIVERSAL PICTURES (2002). Version originale sous-titrée en français et version française

A découvrir également :