Une adaptation cinématographique de la célèbre série, reine de l’humour noir. Malheureusement le résultat est plutôt laborieux

The League of Gentlemen’s Apocalypse (2005)

Réalisé par Steve Bendelack

Ecrit par Jeremy Dyson, Mark Gatiss, Steve Pemberton, Reece Shearsmith

Avec Mark Gatiss, Steve Pemberton, Reece Shearsmith, Michael Sheen, Bernard Hill, David Warner,…

Direction de la photographie : Rob Kitzmann / Production design : Richard Bridgland / Montage : Tony Cranstoun / Musique : Joby Talbot

Produit par Greg Brenman et Ed Guiney

Comédie / Fantastique

91mn

UK / Irlande / USA

Jeremy Dyson (Michael Sheen) fait partie du quatuor de comiques “The League of Gentlemen“, créateurs de la célèbre série éponyme qui se déroule dans la ville fictive de Royston Vasey peuplés par des personnages bizarres. Les autres membres du groupe veulent se renouveler et passer à autre chose, mais lui continue à chercher des idées. Alors qu’il est seul chez lui à la campagne, il se retrouve face à face à des personnages de la série. Par maladresse il chute d’une falaise. Pourquoi les créatures de fiction ont envahi le réel et que veulent-elles ? Si elles voulaient tout simplement sauver leur peau ? Car l’abandon des personnages par leurs créateurs serait en train de déclencher une apocalypse à Royston Vasey !

“The League of Gentlemen” est sûrement l’un des groupes de comiques les plus marquants de la deuxième moitié des années 90 au Royaume-Uni. Les quatre membres du groupe se sont rencontrés à la Bretton Hall drama school,, près de Leeds, quand ils étaient étudiants. Ils ont débuté leur collaboration au théâtre, avant de passer à la radio en 1997 puis à la télévision sur BBC Two deux ans plus tard.

A part Jeremy Dyson qui participe seulement à l’écriture, Mark Gatiss, Steve Pemberton et Reece Shearsmith écrivent mais également incarnent tous les personnages principaux. Royson Valley est peuplé de personnages peu recommandables, plus ou moins bizarres : un couple de commerçants aux visages porcins qui ne vendent qu’au “locaux”, un boucher cannibale, un beauf, un sorcier vaudou, une formatrice guindée pour chômeurs,… Tous ces personnages sont devenus des classiques.

L’univers de “The League of Gentlemen” se démarque par un humour noir très poussé, à la limite de la comédie horrifique. Une espèce de satire d’une petite ville de province, littéralement fermée sur elle-même. Car si on peut arriver à Royston Valley, on ne peut pas en partir (en tout cas vivant).

La série a connu trois saisons (1999, 2000 et 2002). Alors que les membres du groupe se consacraient à d’autres projets, l’idée de conclure l’histoire de Royston Valley sur un film pouvait sembler une bonne idée sur le papier.

On sait que le passage du petit au grand écran est souvent compliqué. Cela donne parfois le meilleur (les trois films “Quatermass” par la Hammer) mais dans la grande majorité des cas, c’est moyen au mieux, voire assez catastrophique (comme la plupart des adaptations de sitcoms dans les années 70 à part “The Likely Lads“).

Comme les auteurs de la série ont gardé un contrôle total de cette adaptation cinématographique, on pouvait s’attendre quand même à un bon film. Même si faire entrer l’univers très particulier de “The League of Gentlemen” dans un simple film, d’ici 90m, relève a priori de la gageur. L’idée de mélanger les personnages de fiction et leurs créateurs n’est pas follement originale, mais pouvait servir de bon point de départ. Pourquoi pas ?

Dans “The League of Gentlemen”, il y a trois histoires en parallèle : Royston Valley qui est en train de succomber à un déluge de feu, l’équipe de “sauveteurs” partis à la rencontre de leurs créateur pour les persuader de continuer leurs aventures et le nouveau film que l’équipe est en train d’écrire et qui se déroule au XVIe siècle ou un trio de complotistes catholiques veulent faire assassiner le roi William grâce à la magie noire de Dr Pear (David Warner). Evidemment les trois mondes s’entrecroisent lors du délire final.

Beaucoup de choses se passent en 90 minutes, mais il y a un manque de cohésion dans l’ensemble et même quelques longueurs. Il n’est pas nécessaire d’avoir vu la série originale pour regarder le film, mais ça reste quand même essentiellement du fan service (d’ailleurs le film n’est pas sorti en France où la série est peu connue). Et puis l’humour est  globalement  paresseux. Le film n’apporte rien à Royston Valley.

Reste que les trois compères sont excellents, c’est un plaisir de retrouver les personnages de la série, et que le film fait quelques clins d’oeil à l’horreur gothique (David Warner incarne un personnage à la Vincent Price dans “Witchfinder General“) et on a droit à des effets spéciaux en stop motion à la Ray Harryhausen.

Evidemment de nombreux comiques anglais marquants des années 90 font ici de courtes apparitions : Simon Pegg, Peter Kay, Virginia Wood,… Du beau monde bien sur, mais “The League of Gentlemen” laisse un goût amer. On n’y retrouve que des bribes du génie comique de la troupe. Heureusement, ensemble et individuellement, ils continuent à ce jour à marquer la fiction télé britannique (Inside No. Nine, Sherlock,..). Pour marquer les 20 ans de leur apparition à la radio, trois nouveaux épisodes de la série (télé) ont été enregistrés en 2017.

DVD UK. Studio UCA (2008). Version originale avec des sous-titres anglais optionnels.

%d blogueurs aiment cette page :