Romance:
Maurice Elvey

Reviewed by:
Rating:
3
On 9 juin 2020
Last modified:9 juin 2020

Summary:

Les débuts de la star du music hall Gracie Fields au cinéma, une romance dans le Londres populaire de la fin des années 20. Un très grand succès de l'époque

Les débuts de la star du music hall Gracie Fields au cinéma, une romance dans le Londres populaire de la fin des années 20. Un très grand succès de l’époque

Sally in Our Alley (1931)

Réalisé par Maurice Elvey

Ecrit par Miles Malleson et Alma Reville d’après la pièce de Charles McEvoy

Avec Gracie Fields, Ian Hunter, Florence Desmond, Ivor Barnard,…

Direction de la photographie : Alex Bryce et Robert Martin / Direction artistique : Norman G. Arnold / Montage : Otto Ludwig / Musique : Ernest Irving

Produit par Basil Dean pour Associated Radio Pictures (ARP)

Comédie dramatique / Romance / Musical

70mn

UK

Plusieurs années après la fin de la 1e guerre mondiale, Sally Winch (Gracie Fields) pleure toujours la mort de son fiancé George ( Ian Hunter) dans les tranchées et refuse les avances des prétendants. Elle travaille comme serveuse dans le pub du quartier où elle chante également certains soirs pour le plus grand plaisir des habitués. Elle est remarquée par un riche couple qui veut qu’elle se produise dans une fête huppée et tente de protéger la jeune délinquante Florie (Florence Desmond) de son père violent. Mais parallèlement , George refait surface !

Gracie Fields était une véritable star du music hall qui a fait ses débuts sur la scène à l’âge de 7 ans en 1905. Entre 1915 et 1924 elle tourne partout en Grande-Bretagne avec Archie Pitt, son impresario et mari (à partir de 1923). Puis elle triomphe dans le West End en 1924 et ira jusqu’à s’y produire dans trois spectacles différents par soir (!), donnant des concerts (elle a enregistré de nombreux disques), se produisant dans des numéros de music hall et jouant dans des pièces.

Il était inévitable que le cinéma parlant fasse appel à ses services et se fut chose faite en 1931 avec “Sally in Our Alley”, basé sur une pièce populaire de Charles McEvoy “The Likes of ‘Er” et rebaptisée pour incorporer le nom de son tube le plus connu “Sally”.

“Sally in our Alley” raconte la vie d’une femme des quartiers populaires, mais débrouillarde et au grand coeur. Fidèle à son soldat disparu, elle enchante les habitués du pub où elle travaille et pousse la chansonnette. Tout le monde aime Sally. Quand elle se retrouve propulsée dans une soirée mondaine, elle comprend vite qu’elle n’est là que comme un singe de foire (avec en plus une robe à dos nu !) et n’est que trop heureuse de retourner dans son milieu. Contrairement à la chapardeuse et peste Florie qu’elle accueille chez elle pour la protéger de son père violent, elle ne se prend par une star et ne tente pas d’imiter Garbo ! Elle se contente d’être elle-même, merci !

L’ambiance populaire du Londres de la fin des années 20 est reproduite avec tendresse. Les gens se connaissent tous dans le petit bout de rue de Sally. Mais ça n’empêche pas qu’il y ait des salauds comme le père de Florie auquel Sally va s’opposer. Quant au vieux et grassouillet propriétaire du pub où elle travaille, Sally sait le remettre à sa place quand il le faut.

“Sally in Our Alley” est une sympathique comédie populaire construite autour d’un sacré bout de femme au caractère bien trempé, avec une pointe de féminisme bienvenue. Le film sera un très grand succès en Grande-Bretagne et , même si elle était peu à l’aise avec le medium, “our Sally”, star populaire par excellence, jouera dans 15 films entre 1931 et 1945, certains produits par Hollywood mais tous tournés en Angleterre. Son premier film reste l’un de ses tous meilleurs.

“Sally in Our Alley” est réalisé par Maurice Elvey, un autodidacte qui a fait son éducation dans la rue mais a signé pas moins de 195 films (courts et longs) entre 1913 et 1957, dont un remake parlant de “The Lodger” d’Hitchcock en 1933, “The Wandering Jew” la même année avec Conrad Veidt ou encore le le premier film britannique en couleurs ” Sons of the Sea” (1939). Des réalisateurs comme Carol Reed et David Lean ont fait leurs débuts à ses côtés.

A noter que la pièce d’origine est co-adaptée pour l’écran par une certaine Alma Reville, qui n’est autre que la femme et collaboratrice d’Hitchcock.

“Sally in Our Alley” est disponible dans le cadre d’un DVD britannique de 2014 édité par StudioCanal et sans aucun sous-titre. Par contre l’image est très convenable pour un film de cette période.

Zone 2 UK. StudioCanal (2014). Inclus dans le coffret “Gracie Fields – Collector’s Edition”. Version originale sans sous-titres 

%d blogueurs aiment cette page :