Review of: Saint Maud
Drame / Horreur:
Rose Glass

Reviewed by:
Rating:
4
On 18 avril 2021
Last modified:19 avril 2021

Summary:

Une jeune infirmière veut sauver l'âme de sa patiente en fin de vie. Terrifiant et une superbe prestation de Morfydd Clark

Une jeune infirmière veut sauver l’âme de sa patiente en fin de vie. Terrifiant et une superbe prestation de Morfydd Clark

Saint Maud (2019)

Ecrit et réalisé par Rose Glass

Avec Morfydd Clark, Jennifer Ehle, Lily Knight,…

Direction de la photographie : Ben Fordesman / Production design : Paulina Rzeszowska / Montage : Mark Towns / Musique : Adam Janota Bzowski

Produit par Andrea Cornwell et Oliver Kassman pour Escape Plan Productions, Film4, BFI Film Fund

Drame / horreur

84mn

UK

Maud (Morfydd Clark) est une jeune infirmière privée en soins palliatifs dans une petite ville balnéaire du nord de l’Angleterre. Elle est envoyée chez Amanda (Jennifer Ehle), une ancienne danseuse, en phase terminale d’un cancer, mais qui mène encore une “vie de débauche” aux yeux de Maud. Cette dernière se sent investie d’une mission divine pour sauver son âme.

“Saint Maud’ fait partie de ces drames psychologiques avec des touches horrifiques dont sont friands les britanniques. Ici le personnage centrale est une jeune infirmière, traumatisée par un mystérieux incident qui lui est arrivé quand elle travaillait à l’hôpital. Elle s’est depuis réfugiée dans la religion et attend avec impatience une mission divine digne d’elle. Maud se retrouve écartelée entre moments d’extases et de doutes où elle cherche à s’autodétruire, selon les signes divins qu’elle perçoit.

Auteur de six courts métrages entre 2010 et 2015 qu’elle a tous scénarisés et réalisés, Rose Glass livre ici un premier long métrage bien muri et mâture. Son portrait d’une jeune femme déstabilisée après avoir fait un peu trop souvent face à la mort, et qui y pert la raison, est très réussi. Elle réussit à faire froid dans le dos avec finalement peu d’effets horrifiques (ici point de “jump scare”), ni de violence graphique (sauf pour une scène).

Agée de 33 ans, Rose Glass a été éduquée dans la foi catholique. A travers le personnage de Maud, elle creuse la question du besoin de foi. Face à sa haine d’elle même, Maud a besoin de croire pour ne pas s’auto-détruire. Elle cherche la rédemption. Mais évidemment, la foi est fragile car elle doit faire face à l’absence de preuves. Maud ne peut jamais être sûre qu’elle est sur le bon chemin. Elle attend des signes extérieurs de validation de ses actes qui ne viennent pas.

Rose Glass a su s’assurer le soutien d’un casting à la hauteur avec l’actrice galloise Morfydd Clark qui est vraiment impressionnante dans le rôle titre. Formée au théâtre (elle a notamment joué Cordelia dans “King Lear” sur la scène du prestigieux Old Vic), elle est présente régulièrement sur les écrans depuis 2014. Mais c’est l’année 2019 qui marquera sa reconnaissance avec “Saint Maud”,  “The Personal History of David Copperfield” et “Eternal Beauty” qui lui vaudront deux prix des critiques à Dublin (Dublin Film Critics Circle Awards) et à Londres (London Critics Circle Film Awards).

Rose Glass fait partie de ces nombreuses jeunes voix du cinéma britannique qu’il faudra suivre de prêt. En espérant que l’économie toujours fragile du cinéma britannique ne les amènera pas à s’exiler outre-atlantique.

En France, le film a remporté le Grand Prix au Festival international du film fantastique de Gérardmer en février 2020 sous la présidence de Dario Argento. Il y a aussi remporté le prix de la critique et le prix du jury jeunes. Mais depuis, avec les événements que vous savez, la sortie de “Saint Maud” sur d’autres territoires s’est faite attendre. Outre-atlantique, il a bénéficié finalement d’une sortie simultanée en salles et en VOD en février 2021. En France, on peut toujours espérer une sortie en salles ou, comme c’est plus probable à présent, directement en VOD.

Blu-ray/DVD UK. StudioCanal (2020). Version originale avec des sous-titres anglais

 

%d blogueurs aiment cette page :