Un thriller rare avec David Hemmings en ex-drogué qui devient paranoïaque suite à l’assassinat de sa tante. A-t-il raison ou devient-il fou ?

Fragment of Fear (1970)

(Le tunnel de la peur)

Réalisé par Richard C. Sarafian

Ecrit par Paul Dehn d’après le roman de John Bingham

Avec David Hemmings, Gayle Hunnicutt, Wilfrid Hyde-White, Flora Robson,…

Direction de la photographie : Oswald Morris / Direction artistique : Ray Simm / Montage : Malcolm Cooke / Musique : Johnny Harris

Produit par John R. Sloan pour Columbia Pictures Corporation

Tourné aux studios Shepperton, à Londres et à Pompeï

Crime

94mn

UK

Tim Brett (David Hemmings) est un ancien drogué qui s’est sorti de la dépendance. De son passé, il a tiré un livre qui a remporté un joli succès. Alors qu’il est en vacances en Italie avec sa tante (Flora Robson), celle-ci est assassinée.

Après l’assassinat, apparemment sans raison, de sa tante, Tim (David Hemmings) a rapidement l’impression que tout le monde autour de lui voudrait qu’il arrête de poser des questions et de mener sa petite enquête. Pourquoi sa tante consacrait-elle son temps à tenter de remettre sur le bon chemin des criminels ? Est-ce que ça lui a coûté la vie ? A-t-il raison d’être parano, ou est-il en train de sombrer dans la folie ?

Interviewé dans les bonus du blu-ray édité par Indicator, le premier assistant réalisateur William P. Carlidge raconte un tournage pour le moins épique. Le réalisateur américain Richard C. Sarfian était bourré dès le matin, et déchirait les pages du scénario concernées dès qu’il finissait une scène. Quant à David Hemmings, il l’appela à 4h du matin au bout d’une semaine de tournage, terrifié après avoir enfin lu le scénario… Il avait accepté de tourner dans « Fragment of Fear » sur le conseil de son agent et parce qu’il avait obtenu le premier rôle féminin pour la femme qu’il venait d’épouser, l’actrice américaine Gayle Hunnitcutt !

Le scénario est écrit par Paul Dehn, qui a travaillé sur des films comme « Ultimatum« , « Goldfinger« , « The Spy Who Came In from the Cold », « The Deadly Affair », les trois films de la série « Planet of the Apes » (« Escape… », « Conquest… » et « Battle… ») ou encore « Murder on the Orient Express » (1974). Ici il adapte un roman de John Bingham, une figure des services secrets et un romancier à succès, dont « Fragment of Fear », publié en 1965, reste l’oeuvre la plus connue. John Bingham a par ailleurs servi de modèle à John Le Carré pour la création du personnage de George Smiley. A noter que l’adaptation de Dehn est assez libre. Dans le roman original il n’y a aucune parenté entre la victime et le personnage principal, et ce dernier est un criminologue et non un ex-junkie passé écrivain !

Si de toute évidence « Fragment of Fear » ne fait pas partie des plus grands scénarios de Paul Dehn, le film reste un bon thriller paranoïaque avec quelques très bonnes scènes, décemment réalisé, superbement photographié par Oswald Morris et très bien interprété… sans oublier la bande son seventies de Johnny Harris.

Une rareté éditée au UK en blu-ray par le studio Indicator/Powerhouse Films spécialisé en éditions limitées (ici 3.000 exemplaires). La copie est belle, dispose de sous-titres anglais, de quelques bonus comme des interviews (non sous-titrés) et d’un beau livret de 36 pages.

Blu-ray UK. Studio Powerhouse Films/Indicator (2017). Version originale avec des sous titres anglais. Bonus : interviews, livret de 36 pages. Edition limitée à 3.000 exemplaires

A découvrir également :

%d blogueurs aiment cette page :