Thriler / comédie:
Anthony Asquith

Reviewed by:
Rating:
2
On 23 février 2013
Last modified:29 octobre 2017

Summary:

Une petite comédie d'espionnage signée par un maitre du cinéma anglais Anthony Asquith. Charmant mais un peu léger.

Une petite comédie d’espionnage signée par un maitre du cinéma anglais Anthony Asquith. Charmant mais un peu léger.
Cottage to Let (1941)

Cottage to Let (1941)

Réalisé par Anthony Asquith

Écrit par J. O. C. Orton, Anatole de Grunwald et Geoffrey Kerr (d’après sa pièce),

Avec Leslie Banks, Alastair Sim, John Mills, …

Directeur de la photographie : Jack E. Cox

Produit par Edward Black pour Gainsborough Pictures

Comédie / Espionnage

90 mn

UK

Alors que les grandes villes britanniques sont frappées par le Blitz, une aristocrate décide d’accueillir de jeunes réfugiés dans un cottage vide qui lui appartient. Au même moment, un aviateur anglais blessé est récupéré et un locataire débarque de nulle part. Pendant ce temps, le mari de notre excentrique aristocrate travaille sur une bombe pour le gouvernement britannique, et il se pourrait que les nouveaux venus ne soient pas là par hasard.

« Cottage to let » n’est pas le film le plus réputé d’Asquith. Ce dernier est considéré aujourd’hui comme étant l’un des premiers grands maitres du cinéma britannique notamment pour sa période muette : « Underground » (1928) et « A Cottage on Dartmoor » (1929) ont été récemment ré-évalués. Il est aussi célèbre pour quelques uns de ses films parlants : « Pygmalion » (1938) et « The Browning Version » (1951).

« Cottage to let » (1941) n’est pas pour autant un chef d’oeuvre oublié. C’est une charmante petite comédie d’espionnage dans la campagne anglaise mais guère plus. Son coté pépère donnera raison à ceux qui considèrent encore qu’Asquith est un digne représentant du cinéma anglais plus théatral que réellement cinématographique (ceux là sont cependant invités à (re)découvrir la période muette d’Asquith).

Avec « Cottage to let », nous avons donc le droit à une comédie d’espionnage autour d’un petit cottage dans un village d’Angleterre. Le propriétaire du cottage est un génie un peu fou qui travaille sur une bombe, et son activité attire bien entendu l’attention des Allemands. Mais qui sont les traitres ?

Adapté d’un succès d’une pièce à succès créée l’année auparavant, « Cottage to let » nous offre avant tout une galerie de personnages incarnée par de célèbres acteurs (déjà bien établis ou en devenir) : l’acteur écossais Alastair Sim interprète le rôle d’un inquiétant locataire, Leslie Banks celui du savant, John Mills un aviateur anglais blessé,…. et le jeune George Cole trouve ici son premier rôle au cinéma dans un jeune ersatz de Sherlock Holmes.

Le problème est que le film a une intrigue guère passionnante (malgré quelques rebondissements intéressants) et semble hésiter continuellement entre le thriller et la comédie, n’étant totalement convaincant sur aucun des deux aspects. Du coup, on ne sait si le jeu grossier de John Mills (dans la scène finale) est vraiment censé nous arracher un sourire (alors que le contexte est dramatique). Heureusement à part cette petite erreur de goût, les acteurs se tirent très bien de leurs rôles respectifs, permettant à « Cottage to let » de se laisser encore regarder aujourd’hui avec plaisir.

DVD Network zone 2 (UK). Version originale sans sous titres.

Le film est aussi disponible gratuitement en téléchargement légal sur Archives.org http://archive.org/details/CottageToLet

A découvrir également :