Review of: Cleanskin
Thriller:
Hadi Hajaig

Reviewed by:
Rating:
4
On 13 novembre 2020
Last modified:13 novembre 2020

Summary:

Un thriller paranoïaque sur le terrorisme et les doubles jeux. L'intrigue n'est pas toujours 100% convaincante mais on profite d'un excellent casting et d'une réalisation efficace 

Un thriller paranoïaque sur le terrorisme et les doubles jeux. L’intrigue n’est pas toujours 100% convaincante mais on profite d’un excellent casting et d’une réalisation efficace 

Cleanskin (2012)

(Menace d’État)

Ecrit et réalisé par Hadi Hajaig

Avec Sean Bean, Charlotte Rampling, Abhin Galeya, James Fox, Tom Burke, Tuppence Middleton, Peter Polycarpou,…

Direction de la photographie : Ian Howes / Production design : Stéphane Collonge et  Humphrey Jaeger / Montage  :  Hadi Hajaig / Musique : Simon Lambros

Produit par Hadi Hajaig

Thriller / Action

108mn

UK

Ewan (Sean Bean) est  un ancien militaire. Il a connu l’Afghanistan. Aujourd’hui il travaille pour une agence gouvernementale. Un homme d’affaires qu’il était censé protéger s’est fait descendre et l’explosif volé a servi à commettre un attentat dans un restaurant londonien. A présent, il est chargé par sa boss Charlotte (Charlotte Rampling) de récupérer son erreur et a carte blanche. Mais il ne tarde pas à déraper et tue un innocent. Parallèlement, on suit Ash (Abhin Galeya), un jeune britannique d’origine musulman qui s’est fait radicalisé par un iman Nabil (Peter Polycarpou) et est l’un des terroristes.

Le titre “Cleanskin” fait référence aux terroristes qui n’ont pas été identifiés comme potentiellement dangereux, tel Ash. Par des flashbacks on nous montre ce qui a conduit à sa radicalisation, un sentiment d’injustice et une déception amoureuse avec la belle Kate (Tuppence Middleton) quand il était étudiant en droit. Si le film a l’intention de nous démontrer un parcours de radicalisation, c’est un peu léger.

Face à lui, Ewan (Sean Bean) est un ancien militaire qui a fait l’Afghanistan et dont la femme est morte durant un attentat. Là aussi c’est un peu caricatural, mais important dans l’intrigue qui joue la carte de la paranoïa et du complot. Les choses ne sont pas aussi simples qu’elles le paraissent.

“Clearskin” est un bon thriller paranoïaque, même si on n’est pas obligé d’adhérer à son message. Certains pourront d’ailleurs le juger simpliste, irréaliste, voire dangereux. Mais après tout guère plus qu’une saison de “24 heures Chrono” ou de “Homeland” sur un thème similaire.

De plus, la réalisation est soignée et le casting quatre étoiles, avec l’acteur anglais Sean Bean, vu notamment dans “Lord of the Rings” ou encore la série “Game of Thrones”… entre autres car il est très demandé et on le voit régulièrement sur les petits et grands écrans, des deux côtés de l’Atlantique. Mais le film ne repose pas entièrement sur lui. Le britannique Abhin Galeya, venu du théâtre, est très bon. Et bien sûr c’est toujours un plaisir de voir les vieux briscards Charlotte Rampling et James Fox.

“Clearskin” est le projet du britannique Hadi Hajaig, qui a écrit le scénario, réalisé, monté et produit le film. C’est son troisième film après “The Late Twentieth” (2002) et “Puritan” (2005). Il a depuis signé “Blue Iguana” (2018) et prépare actuellement (à date de novembre 2020) un nouveau film ainsi qu’un documentaire sur Terry Gilliam.

“Clearskin” fait partie de ces productions indépendantes à tout petit budget comme il y en a beaucoup en Grande-Bretagne où l’argent ne coule pas à flot (moins de deux millions de livres !) mais qui assurent néanmoins le spectacle. Le film de Hadi Hajaig affiche des très belles qualités de production (les scènes de combat et les effets spéciaux sont par exemple très réussis). “Clearskin” s’est même permis un tournage avec une caméra film et non en numérique (il y a un joli travail du directeur de la photographie Ian Howes !

DVD zone 2 FR. Studio e-one (2018). Version originale sous-titrée en français et version française. Bonus : making of (21mn)

 

%d blogueurs aiment cette page :